Cross-country (F) : Loana Lecomte sur le toit du monde



Il est, à juste titre, dit que la quatrième place de toutes compétitions est la plus mauvaise pour un athlète, celle qui le/la prive de médaille et en fait le premier perdant. Pas pour Loana Lecomte qui a terminé au pied du podium ce dimanche à Lenzerheide (Suisse), théâtre de la cinquième et avant-dernière manche de la Coupe du Monde de VTT. Arrivée à 1'12" de la Britannique Evie Richards, fraichement sacrée championne du monde à Val di Sole, la Française est assurée de remporter la Coupe du Monde de cross-country à deux semaines de la dernière manche programmée à Snowshoe, aux Etats-Unis. Elle succède ainsi à Julie Bresset, unique représentante tricolore à avoir remporté jusqu’à maintenant le titre suprême, il y a de cela dix ans. La Haut-Savoyarde de 22 ans ne s’y est pas trompée.

Lecomte au sommet


Sourire aux lèvres, elle a profité des derniers hectomètres de course pour taper dans les mains des fans avant de passer la ligne derrière l’Australienne Rebecca McConnell et la Suédoise Jenny Rissveds. Ce titre mondial qui vient récompenser la très bonne saison de la Française, victorieuse des quatre premières manches à Albstadt, Nove Mesto, Leogang et aux Gets, et sixième des Jeux Olympiques de Tokyo. En revanche, malade, elle avait dû déclarer forfait pour les Championnats du monde de Val di Sole dernièrement. Déjà décorée chez les Espoirs avec des titres de championne du monde et d’Europe l’an dernier, Lecomte n’a pas mis longtemps à s’affirmer dans la cour des grandes. L’autre Française attendue sur ce parcours de Lenzerheide, Pauline Ferrand-Prévôt, a quant à elle décidé de ranger son vélo pour la fin de saison. Fatiguée mentalement et physiquement, la triple championne du monde de cross-country, poursuivante de Lecomte au classement général, a annoncé son forfait et un retour dans les labourés en 2022.

>