Confinement : Bardet ne veut pas être égoïste

La semaine passée, l’Union nationale des cyclistes professionnels (UNCP) a adressé un courrier au ministère des Sports afin qu’il autorise les coureurs professionnels à courir pendant une heure ou deux à l’extérieur, à partir du 16 avril, date de la fin du confinement actuellement mis en place (et qui sera très vraisemblablement prolongé). « J’entends ces derniers jours le ministre de l’Agriculture dire qu’il faut aller aider ceux qui travaillent dans les champs, je vois aussi que les entreprises du BTP peuvent reprendre leurs activités en respectant des consignes sanitaires. Alors je dis que nous aussi, nous sommes des travailleurs, que nous avons un métier », a notamment argumenté Pascal Chanteur, le président de l’UNCP. Le ministère ne s’est pas encore prononcé sur le sujet, mais Romain Bardet, l’un des coureurs français les plus emblématiques (2eme du Tour de France 2016, 3eme du Tour de France 2017) l’a fait, via son carnet de bord hebdomadaire pour le journal Le Monde.

Bardet : " Il n’y a pas d’urgence à obtenir une dérogation"


Le jeune papa estime que pouvoir donner la possibilité aux coureurs professionnels de rouler à l’extérieur ne donnerait pas le bon exemple. « Il n’y a pas d’urgence à obtenir une dérogation pour avoir le droit de rouler sur la route. Ce ne sera important que lorsqu’on aura un calendrier de reprise. A l’heure actuelle, ce serait du confort, de l’agrément personnel, mais tout le monde est fatigué du confinement. Si des pros vont rouler, des amateurs vont vouloir le faire aussi. Et alors que l’on évoque une baisse du respect des règles, le message ne serait pas positif. L’heure n’est pas à l’égoïsme », estime le coureur AG2R-La Mondiale. Rappelons que le calendrier de reprise du cyclisme mondial est encore loin d’être connu. Pour le moment, les courses sont suspendues jusqu’au 1er juin, et la prochaine course World Tour au programme est le Tour de France (27 juin – 19 juillet), dont le maintien, le report ou l’annulation n’a pas encore été décidé.