Carnet noir : Pluie d'hommages pour Poulidor

Le décès de Raymond Poulidor à l'âge de 83 ans, dans la nuit de mardi à mercredi, a forcément frappé la France au cœur. Celle d’une génération plus ancienne, certes. Mais même pour les plus jeunes, « Poupou » a traversé les âges comme étant devenu le concept de l’éternel second, du perdant magnifique à la française (huit podiums et pas une seule victoire sur le Tour de France, dont trois deuxièmes places acquises à 10 ans d'intervalle, en 1964, 1965 et 1974). Au vu de l’importance du Tour dans la culture du pays, les politiques ont logiquement réagi, à commencer par le président de la République Emmanuel Macron et son prédécesseur François Hollande, ainsi que la ministre des Sports Roxana Maracineanu.






Le cyclisme en deuil


Evidemment, les réactions ont aussi été nombreuses dans le monde du cyclisme (et bien au-delà des frontières nationales). Romain Bardet notamment, le jour de l’annonce de son forfait pour le Tour de France 2020. Son équipe d’AG2R-La mondiale révèle même avoir appris la nouvelle durant la conférence de presse tenue pour annoncer ce programme de la saison prochaine. Thibaut Pinot, mais aussi les Britanniques Chris Froome (« Toujours ce visage amical et un mot gentil ») et Mark Cavendish (« Ton esprit de combattant inspire toujours les nouvelles générations de cyclistes, je ne t'ai jamais vu sans sourire »), ainsi bien sûr que le compte officiel du Tour de France, celui qui a forgé sa légende… Comme un ultime salut au champion, la fameuse Fédération française de la lose y est également allée de son hommage. C'était obligatoire.