Arkéa-Samsic : Quintana répond à l'UCI en niant avoir pris du tramadol

Panoramic


Nairo Quintana contre-attaque. Ce mercredi, l’Union Cycliste Internationale (UCI) a annoncé que le Colombien allait être effacé des résultats du dernier Tour de France. En effet, le coureur de l’équipe Arkéa-Samsic a été disqualifié après avoir subi deux contrôles ayant donné des résultats positifs au tramadol après l’arrivée à La Super Planche des Belles Filles puis au sommet du Col du Granon. Alors que cette substance n’est pas considérée comme dopante par l’Agence Mondiale Antidopage, elle a été interdite en 2019 par l’UCI pour des raisons de sécurité. C’est pour cette raison que Nairo Quintana a été disqualifié de la Grande Boucle, dont il avait pris la sixième place, mais pas suspendu par l’UCI en vue de la Vuelta, lors de laquelle le leader de la formation Arkéa-Samsic sera aligné dans un contexte de lutte pour la montée dans l’élite du cyclisme international. Quelques heures après la publication du communiqué par l’UCI, la réponse du natif de Tunja est intervenue au travers d’une déclaration partagée sur son compte officiel Twitter.


Quintana : « Je nie l’avoir utilisée durant ma carrière »


Un communiqué dans lequel il assure n’avoir pas consommé du tramadol dans le contexte du dernier Tour de France. « C’est avec surprise que j’ai pris connaissance de l’annonce faite aujourd’hui (mercredi) par l’UCI concernant une infraction pour usage de tramadol, a déclaré Nairo Quintana dans ce communiqué. Je ne suis pas au fait de l’utilisation de cette substance et je nie l’avoir utilisée durant ma carrière. Avec mon équipe d’avocats, nous épuisons l’ensemble des processus permettant d’assurer ma défense. Je souhaite également confirmer que je vais prendre part à la Vuelta, montant sur mon vélo pour donner le meilleur de moi-même pour mon équipe, mon pays et mes supporters. » Tout porte ainsi à croire que le Colombien est prêt à défendre sa cause devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) qui peut être saisi en appel dans un délai de dix jours après l’annonce de la sanction. Cette affaire semble loin d’être terminée et pourrait devenir une jurisprudence en cas de verdict favorable à Nairo Quintana.

>