Les Bleues, tant bien que mal...

Reuters

Les Bleues ont bien enregistré une troisième victoire dans le groupe A de la Coupe du monde féminine, lundi à Rennes, face au Nigeria (1-0). Mais elles peuvent s’estimer bien heureuses. Cinq jours après avoir battu la Norvège (2-1) après un penalty discutable, l’équipe de France a bénéficié d’une double décision favorable prise par les arbitres vidéo en fin de match...

L’arbitre de la rencontre a d’abord donné un penalty aux Bleues après avoir consulté les images sur le bord du terrain. Wendie Renard n’a pas cadré sa frappe (76e), mais les VAR ont alors alerté l’arbitre centrale de la position illicite de la gardienne nigériane, qui avait pourtant à peine quitté sa ligne de but. La défenseuse tricolore n’a pas laissé passer sa chance une seconde fois en marquant cette fois-ci de 11 mètres (79e).

Thiney dans le dur

Jusque-là, Amandine Henry et ses coéquipières s’étaient procurées très peu d’occasions face à des Super Falcons solides, si ce n’est sur coup de pied arrêté. Gaëtane Thiney, déjà peu en vue lors des deux premiers matches, était notamment dans un très mauvais jour. Electron libre dans l’axe, la trentenaire était maladroite avec la balle et a raté deux énormes occasions en seconde période (59e et 66e).

Sur les ailes, Viviane Asseyi et Delphine Cascarino, lancées dans le onze à la place des habituelles titulaires Eugénie Le Sommer et Kadi Diani, se sont longtemps montrées inoffensives. C'est néanmoins Asseyi qui a été bousculée dans la surface par Ebere (75e), offrant un (premier) penalty de Renard. Les Bleues devront se montrer beaucoup plus inspirées collectivement, en 8e de finale, peut-être contre le Brésil, mais surtout en quarts, très probablement face aux Américaines.