Les Bleues à qui gagne perd ?

ICON SPORT

Deux matches, deux victoires, six buts marqués et un seul encaissé: l’équipe de France féminine, déjà qualifiée pour les huitièmes de finale, réalise jusqu’ici un début de Coupe du monde idéal. Si bien que même un nul face au Nigeria, lundi soir à Rennes, lui suffira pour terminer en tête du groupe A. Cela serait, a priori, l’assurance d’un prochain tour abordable, face à un troisième de poule (C, D, E). Mais la suite serait bien plus corsée car, théoriquement, les Bleues retrouveraient en quarts les tenantes du titre américaines. L’épouvantail de cette compétition.

En revanche, si les joueuses de Corinne Diacre faisaient tout pour finir deuxièmes (en s’inclinant de trois buts sans que la Norvège ne s’impose face à la Corée du Sud ; ou en perdant d’un but pendant que la Norvège rattrape son retard à la différence de buts), leur tableau serait un peu plus dégagé. Du moins jusqu’en demi-finales, où elles pourraient à nouveau croiser la route des Etats-Unis. Un meilleur calcul ? La sélectionneuse tricolore ne se pose pas la question. "Très sincèrement, on veut finir premières du groupe, c'est l'objectif", répond-elle.

"Il nous faut gagner les matches pour nous mettre en confiance. Faire des calculs, c'est la pire des choses", ajoute-t-elle. Corinne Diacre n’a d’ailleurs pas prévu d’effectuer beaucoup de changements face aux Nigérianes - "il y en aura moins de quatre ou cinq" -, ce qui montre bien sa volonté de ne pas prendre cette rencontre à la légère. Elle et ses protégées auront ensuite tout le temps de se projeter sur la suite. Et tant pis, donc, si cela passe par un choc face à Alex Morgan et ses partenaires. Pour aller au bout, elles ne pourront pas les éviter éternellement.