Stéphan: " Il faut accepter de souffrir"

Icon Sport

Longtemps raillé pour sa "lose" légendaire, le Stade Rennais à l’occasion ce samedi d’en finir avec cette image peu glorieuse qui lui colle à la peau depuis tant d’années. Il faut dire aussi que le dernier trophée glané par les Rouge et Noir remonte à 1983 (un titre de champion de D2), manquant entre-temps deux fois le coche en finale de la Coupe de France, en 2009 et 2014, deux fois contre le voisin Guingamp... Mais la tâche ne sera pas aisée pour le SRFC, clairement "outsider" dans son duel qui l'attend, cette fois-ci, face à "l’ultra-favori" Paris Saint-Germain.

"On va jouer l'ultra-favori qu'est le PSG, on est en position d'outsider. Ça semble déséquilibré, mais on va tout mettre en œuvre pour faire la meilleure performance possible", a ainsi déclaré le technicien breton Julien Stéphan, ce vendredi après-midi en conférence de presse, ajoutant que "le PSG c'est le top, top niveau européen. C'est un niveau au-dessus par rapport à Arsenal. Il faut accepter de souffrir, beaucoup, longtemps, et ensemble. A la fin de la rencontre, il faut qu'on se regarde dans le blanc des yeux en se disant qu'on a tout donné".  

L’ex-entraîneur de la réserve a ensuite livré quelques clés avant ce grand rendez-vous, rappelant notamment ce qu’une finale de coupe représentait en terme d’engagement. "Dans ce type de rencontres, il faut un supplément d'âme. Il faut être capable d'aller chercher des ressources supplémentaires, notamment en termes d'intensité".  Sans compter que les coéquipiers d’Hatem Ben Arfa ne devront pas reproduire les mêmes erreurs qui avaient précipité leur chute en 8e de finale de la Ligue Europa, face à Arsenal. "Il faut se préparer et jouer le match au bon moment, pas le jouer avant. Le match retour d'Arsenal, on l'avait peut-être fait avant. Il faudra être là le jour J !", a-t-il insisté.

Toutefois, quoi qu’il arrive samedi soir à l’issue de la 102e édition de la Coupe de France, Stéphan estime que la saison rennaise est d’ores et déjà réussie, en particulier sur le plan de l’émotion. "C'est indiscutable qu'en termes d'émotions, les joueurs ont partagé énormément avec les supporters. En Coupe d’Europe mais aussi  en Coupe de France, avec un parcours de  valeur, puisqu'on a sorti Lille, deuxième, et Lyon, troisième. Il y a eu beaucoup de partage entre nos joueurs et notre public cette saison". Reste qu’une défaite face au PSG samedi, et le SRFC verrait ses espoirs de vivre une nouvelle épopée européenne s'envoler.