Coupe Davis : Zverev fait l'impasse, comme prévu

Alexander Zverev a de la suite dans les idées. En plus d'être un homme de parole, il est surtout entêté. Quand il décide quelque chose, il est tout sauf du genre à revenir sur sa position. L'Allemand en a encore donné la preuve ce lundi en confirmant comme il l'avait toujours annoncé qu'il ne participerait pas à cette deuxième édition de la Coupe Davis dans son nouveau format, du 25 novembre au 5 décembre prochain dans trois villes (la première édition avait été programmée dans la seule et même ville de Madrid) : Madrid de nouveau, mais aussi Turin et Innsbruck. Sans surprise, le numéro 4 mondial n'apparaît pas au sein de la sélection de son pays, qui se passera donc de son chef de file et alignera le quatuor suivant : Jan-Lennard Struff, Dominik Köpfer, Peter Gojowczyk, Kevin Krawietz et Tim Pütz. Dès 2019, le récent champion olympique de Tokyo (la première médaille d'or aux Jeux de sa carrière) était monté au créneau pour protester contre le projet proposé par le groupe Kosmos, nouveau propriétaire de l'épreuve, au même titre que beaucoup d'autres joueurs, eux aussi furieux de voir la formule historique de la Coupe Davis disparaître.

Zverev veut gagner "la vraie" Coupe Davis





"Vous ne pouvez pas ruiner l'histoire du tennis pour de l'argent. C'est quelque chose qui m'attriste", avait notamment déploré, très amer, celui qui a atteint cette saison les demi-finales à l'US Open mais aussi à Roland-Garros. Deux ans plus tard, Zverev n'a pas changé de discours. Toujours aussi agacé par ce nouveau schéma de la Coupe Davis qui a néanmoins évolué depuis 2019 avec désormais trois villes et non plus une seule pour héberger la phase finale, le leader du tennis allemand a persisté et signé. Il continue donc de boycotter la compétition telle qu'elle se déroule désormais. "Je ne l'ai pas joué il y a deux ans et cette année je vais faire la même chose. Je suis un homme de parole. Ce n’est pas la vraie Coupe Davis. Le format devrait changer", avait maintenu l'ancien membre du Top 3, qui assure néanmoins qu' "(il veut) gagner la Coupe Davis", mais la vraie. Pas ce que le natif d'Hambourg décrit comme "un tournoi convenu par une personne". Pour la deuxième fois, le groupe Kosmos se passera donc de l'Allemand. Cela pourrait même très vite devenir une habitude.

>