Bleus - Simon : "En faisant différemment, on aurait gagné plus de Coupes Davis"


De nouveaux extraits du livre de Gilles Simon, intitulé Ce sport qui rend fou et qui sera disponible dans pile une semaine (le mercredi 28 octobre), ont été dévoilés. L'ancien top 10 mondial, réputé dans le milieu pour ses longues et passionnantes introspections d'après-match, y évoque notamment l'approche mentale : "Quand tu fais les choses consciemment, tu les fais moins bien. Observez quelqu'un qui marche, puis dites-lui que vous le regardez. Sa démarche sera différente, parce qu'il fera attention. Quand tu fais les choses consciemment, tu fais tout au ralenti (...) Si, au permis de conduire, un piéton surgit d'entrée de nulle part, tu vas te crisper et te dire que tu vas louper ton examen. Au tennis, c'est exactement pareil. Si un truc te fait douter au début, tu vas te faire un film."


Le 58eme joueur mondial revient aussi sur la stratégie française durant ses années de Coupe Davis : "Quand je suis n°1, tout le monde est aux petits soins avec moi, et quand je suis n°5, c'est à peine si on m'octroie un créneau pour m'entraîner. Donc il y a un moment où je suis important, et un moment où je ne compte pas. Le regard sur moi n'est plus le même, alors que je suis la même personne. Guy Forget voulait faire comme en Serbie ou au Royaume-Uni, s'appuyer sur un leader fort, sauf que ce n'était pas applicable chez nous. Jo-Wilfried Tsonga était plus fort, mais c'était une énorme erreur de hiérarchiser comme ça (...) En prenant notre groupe de quatre avec Gael Monfils et Richard Gasquet, je suis persuadé qu'on aurait gagné plus de Coupes Davis (...) On n'a jamais essayé de faire autrement."