Maroc : Halilhodzic, ''menacé de mort mais aussi encouragé'', s'accroche

Les choses s'éclaircissent au Maroc quant à l'avenir de Vahid Halilhodzic à la tête de l'équipe nationale. Après l'élimination des Lions de l'Atlas en quarts de finale de la CAN 2021, dimanche face à l'Egypte, des voix s'étaient élevées pour rappeler que le contrat du Franco-Bosnien lui fixait le dernier carré comme objectif. Même si l'équipe n'a pas franchi ce cap, la Fédération marocaine de football n'entend pas se séparer de son coach. C'est ce qu'a indiqué à nos confrères du 360 Mohamed Makrouf, conseiller du président de la Fédération, Fouzi Lekjaa. « La FRMF ne peut pas s’aventurer sur le sort du sélectionneur à quelques semaines des barrages pour la Coupe du Monde 2022 », a déclaré le dirigeant.

 

« Je reste optimiste »


Après avoir séché la conférence de presse d'après-match, dimanche à Yaoundé, Vahid Halilhodzic a répondu aux questions des médias, ce jeudi matin au complexe Mohammed VI, à Maâmora. Très abattu après l'élimination contre l'Egypte, le sélectionneur reste persuadé que l'avenir peut sourire. « Nous étions très déçus et frustrés après ce match, ces derniers jours étaient difficiles mais je reste optimiste pour le football marocain », a-t-il déclaré. Si son départ a été réclamé par une partie non négligeable de la presse, coach Vahid en décidera seul. Et le moment n'est pas venu, à moins de deux mois d'une double confrontation décisive contre la RD Congo, en barrages du Mondial 2022. « Je peux partir dès maintenant si vous voulez, j'ai aucune pression de partir ou non, je suis déjà parti dans le passé. On a gagné tous nos matchs sauf celui ci, on a progressé de 20 places sur le classement FIFA », a-t-il rappelé.

 

Les exemples Jacquet et Deschamps


Questionné sur son choix d'écarter des joueurs de haut niveau, Hakim Ziyech et Noussair Mazraoui en tête, Vahid Halilhodzic persiste et signe. « Vous voulez que je supplie quelqu'un de jouer pour l'équipe nationale ? Il y a groupe, un esprit collectif, je veux garder cela », a lâché le technicien, droit dans ses bottes. "Je ne peux pas convoquer un joueur qui peut exploser le groupe, même s’il s’appelle Lionel Messi... Aimé Jacquet, Didier Deschamps sont devenus champions du monde en écartant les meilleurs joueurs. Je ne suis pas le premier à faire cela." Le message est clair : Vahid Halilhodzic reste à la barre des Lions de l'Atlas, pour le meilleur et pour le pire. Quitte à prendre beaucoup sur lui. « Je reçois des menaces de mort, j'ai l'habitude en tant qu’entraîneur, mais je reçois aussi des encouragements, cela me fait du bien. »

Salah conduit les Pharaons en demies :

 


>