Ghana : Rajevac vers la sortie, mais…



Rien n'est encore officiel, mais les heures de Milovan Rajevac sur le banc de l'équipe nationale du Ghana sont plus que jamais comptées. Vendredi, après une réunion d'urgence avec les hauts dirigeants de la Fédération, le ministre des Sports, Mustapha Ussia, a publié un communiqué sans équivoque. « Les Ghanéens ont perdu confiance en les capacités du staff technique en place à conduire les Black Stars au succès. Le ministre a donc demandé à la Fédération ghanéenne de football (GFA) de réexaminer le travail et la capacité du staff technique, emmené par Milovan Rajevac », pouvait-on y lire.


Rajevac réclame gros


Autrement dit, le ministre a tranché en faveur d'une mise à l'écart immédiate du technicien serbe, rappelé en septembre dernier à la place du local Charles Akonnor, remercié (déjà) pour insuffisance de résultats. Problème : alors signataire d'un contrat de deux ans, Rajevac réclamerait la somme de 300.000 dollars, correspondant à la prime de qualification pour la Coupe du monde 2022, que l'équipe peut toujours envisager.


Plusieurs successeurs possibles


A moins de deux mois des barrages d'accès au Mondial, le temps presse pour régler le cas Rajevac et trouver un nouveau sélectionneur. Plusieurs noms circulent déjà pour sa succession : ceux d'Otto Addo, ancien international et actuel sélectionneur adjoint passé par Dortmund, de George Boateng, coach des U23 d'Aston Villa, et de Chris Hughton, passé par divers bancs de Premier League (Newcastle, Norwich et plus récemment Brighton entre 2014 et 2019).


>