CAN 2019 : L’Algérie sait à quoi s’en tenir

beIN SPORTS

« De manière générale, trop de compliments rend faible. » En conférence de presse, Djamel Belmadi a parfaitement cerné le plus grand danger pour l’Algérie durant cette CAN 2019 : l’excès de confiance. On peut aisément comprendre le sélectionneur algérien. Le ciel est bleu pour les Fennecs. Aucun nuage, pas de grain de sable, tous les voyants sont au vert. La phase de poules réalisée par les coéquipiers de Riyad Mahrez est sans rature : trois matchs, trois victoires, six buts marqués, zéro encaissé et un groupe ultra-concerné. Forcément, dans ces conditions, impossible de ne pas préparer le huitième de finale avec un maximum de confiance. D’autant plus que l’Algérie affronte la Guinée, un adversaire a priori plus faible. Avec quatre points au compteur, le Syli National a terminé troisième de son groupe et s’est qualifié en faisant partie des quatre meilleurs troisièmes de la phase de groupes. Sur le papier, cette affiche peut paraître déséquilibrée. Sur le papier seulement…

Des huitièmes très surprenants

L’Algérie est à un moment charnière de la compétition. On ne le dira jamais assez, mais lorsque les matchs à élimination directe débutent, c’est une autre compétition qui commence. Et le début des huitièmes de finale est là pour le rappeler et surtout, pour avertir l’Algérie d’un surplus de confiance. Le Maroc, trois matchs, trois victoires, zéro but encaissé ? Dehors. Le Cameroun, trois matchs, deux victoires, zéro but encaissé ? Eliminé. L’Egypte ? Trois matchs, trois victoires, zéro but encaissé, un peuple déchaîné ? Terrassée ! Trois grands favoris au sacre final, dont le tenant du titre et le pays organisateur, ont quitté la compétition dès les huitièmes de finale. Et hormis le Nigeria, leurs bourreaux, Bénin et Afrique du Sud, ne sont pas des cadors sur le continent. Tout cela pourrait donner des idées à la Guinée. Comme le Bénin et l’Afrique du Sud, les coéquipiers de François Kamano ont terminé meilleurs troisièmes…

La Guinée, pas un bon souvenir pour l’Algérie

Autre paramètre qui pousse à la plus grande prudence avant ce match, l’historique des confrontations entre les deux pas. La Guinée n’est pas un bon souvenir pour les Fennecs. En onze matchs, la Guinée mène avec cinq victoires contre trois pour l’Algérie. Le public algérien a encore en travers de la gorge la rencontre de 2007 qualificative pour la CAN 2008. Dans un stade du 5 juillet à Alger comble, les Fennecs avaient perdu 2-0 face aux coéquipiers de Pascal Feindouno, synonyme d’élimination. L’Algérie a l’occasion de prendre sa revanche. Les hommes de Djamel Belmadi en ont largement les moyens, disposant d’une incroyable force de frappe. A eux de confirmer.
 


>