Affaire Kanga : La RDC déboutée, le Gabon jouera bien la CAN

Le Gabon respire, l'affaire Kanga touche à sa fin. La Confédération africaine de football a débouté la RD Congo, qui avait porté plainte contre le milieu de terrain des Panthères, accusé de fraude sur l'âge et d'usurpation d'identité. Après avoir recueilli les éléments de preuve et procédé lundi à l'audition des deux parties prenantes, le jury disciplinaire de la CAF a rejeté « purement et simplement » la plainte de la Fédération congolaise de football (FECOFA), estimant que lesdits éléments n'étaient pas suffisamment « probants » pour « établir matérialité d'une falsification de l'identité du joueur par la Fédération gabonaise de football (Fégafoot) ». La RDC a maintenant trois jours pour faire appel de cette décision.


Des éléments insuffisants


Les documents fournis par la FECOFA en appui de sa requête, et visant à établir que Guélor Kanga serait en réalité le dénommé Kiaku Kiaku Kiangani Guelor, né le 8 octobre 1985 à Kinshasa, n'ont pas pesé lourd sur un plan juridique en regard des éléments de preuve soumis par la Fégafoot, parmi lesquels l'acte de naissance du joueur, son passeport et son passeport sportif. Dans sa décision, la CAF rappelle en outre que le joueur, qui n'a jamais porté d'autres couleurs que celles du Gabon au niveau international, est enregistré sur son système CMS comme étant de nationalité gabonaise. Fin de l'affaire : les ouï-dire et les présomptions ne constitueront jamais des preuves. Qualifié sur le terrain, le Gabon ne sera pas écarté de la CAN sur tapis vert.



>