CAN 2019 : L’Angola veut retrouver la lumière

Angola

Capitale : Luanda
Surnom : Palancas Negras
Sélectionneur : Srdjan Vasiljevic
Palmarès : Néant


Nation émergente du football africain au milieu des années 2000, l’Angola a totalement disparu des radars depuis 2010. Les Palancas Negras, surnom de la sélection angolaise, sont passées de Mondialiste en 2006 à 122e au classement FIFA aujourd’hui. Une chute vertigineuse due en partie à un problème de renouvellement générationnel. Les anciennes stars angolaises telles qu’Akwa, Flavio et autres Manucho n’ont pas été remplacées et c’est fort logiquement que l’Angola a manqué les deux dernières éditions de la Coupe d’Afrique des Nations. Aujourd’hui, sous la houlette de Srdjan Vasiljevic, arrivé à la tête de l’équipe en 2017, les choses évoluent positivement. L’Angola a réalisé une très bonne campagne de qualification avec quatre victoires et deux défaites, terminant avec la meilleure attaque (neuf buts).

Dans son opération reconquête, les Palancas Negras se sont trouvé quelques têtes d’affiche à l’instar de Mateus et Gelson, deux éléments offensifs à suivre de près en Egypte. Pour son retour en CAN, l’Angola n’a pas été gâtée au tirage puisqu’il faudra se débarrasser du Mali et de la Tunisie pour tenter d’accéder en 8es de finale. Pas une simple affaire. Les coéquipiers de Djalma ont décidé de mettre tous les ingrédients de leur côté en faisant l’impasse sur la COSAFA (compétition réunissant les équipes d’Afrique australes). Les joueurs angolais ont également pris la direction du Portugal pour se préparer avec sérieux. Les voyants sont au vert.  

d

Au sein de la nouvelle génération angolaise, un joueur brille particulièrement. Il s’agit de Gelson, l’attaquant de Rio Ave au Portugal. L’attaquant d’à peine 22 ans a réalisé une saison pleine avec son club, l’une des surprises de la Liga NOS. Cinq buts et six passes décisives en 19 matchs joués : Gelson arrive en Egypte avec le plein de confiance. D’autant plus que la réussite est également au rendez-vous avec le maillot des Palancas Negras. En 22 sélections, Gelson a marqué 11 buts dont quatre durant les éliminatoires et deux passes décisives. Attaquant rapide et bon finisseur, Gelson va disputer sa première compétition internationale sous l’œil avisé de plusieurs recruteurs.  


Il y a de l’eau dans le gaz entre la Fédération angolaise de football et l’état. En cause, la décision de la Fédération de s’envoler au Portugal pour se préparer. Cela n’est pas du goût de l’Etat qui, en raison d’une crise économique que traverse l’Angola, a décidé de geler les allocations louées au sport. La Fédération a alors contracté un prêt tout en attendant un décaissement de l’argent alloué par l’Etat. A quelques jours du début de la CAN, l’Angola est donc dans l’impasse financièrement et selon quelques échos au pays, les Palancas Negras pourraient même déclarer forfait si aucune solution n’est trouvée. D’autant que les sponsors, souvent au rendez-vous il y a quelques années, ne montrent plus le même entrain pour soutenir la sélection nationale. 
    

d


Gardiens : Toni Cabraça (Primeiro d'Agosto), Landu Mavanga (Interclube), Ndulo (Desportivo da Huila).

Défenseurs : Isaac Correia (Primeiro d'Agosto), Dani Massunguna (Primeiro d'Agosto), Paizo (Primeiro d'Agosto), Eddie Afonso (Petro de Luanda), Bastos Quissanga (Lazio Rome/Italie), Jonathan Buatu (Rio Ave/Portugal), Bruno Gaspar (Sporting Portugal/Portugal).

Milieux : Herenilson (Petro de Luanda), Show (Primeiro d'Agosto), José Macaia (Primeiro d'Agosto), Stelvio Cruz (Dudelange/Luxembourg), Djalma Campos (Alanyaspor/Turquie), Freddy Kulembe (Antalyaspor/Turquie), Geraldo (Al Ahly/Egypte).

Attaquants : Mabululu (Primeiro d'Agosto), Mateus Galiano (Boavista/Portugal), Wilson Eduardo (Sporting Braga/Portugal), Gelson Dala (Rio Ave/Portugal), Evandro Brandao (Leixoes/Portugal).