CAN 2019 : 15 après, le Kenya est de retour !

Kenya J-19

Capitale : Nairobi
Surnom : Les Harambee Stars
Sélectionneur : Sébastien Migné      
Palmarès : Néant


Le dernier match en Coupe d’Afrique des Nations du Kenya date du 2 février 2004. Une victoire face au Burkina Faso (3-0) en guise de long au revoir. C’est d’ailleurs la seule victoire des Harambee Stars dans la compétition à ce jour. Quinze ans plus tard, revoilà donc le Kenya avec à sa tête un coach français : Sébastien Migné. Passé par le Congo, ce jeune entraîneur (46 ans), nommé à la tête des Harambee Stars début 2018, a permis aux siens de retrouver la CAN quelques mois après sa prise de fonction. Un véritable exploit symbolisé par une victoire contre le Ghana (1-0) en éliminatoires début septembre. En Egypte, la tâche s’annonce ardue pour le Kenya qui devra affronter l’Algérie et le Sénégal, deux nations régulièrement annoncées parmi les favoris…

Pour tenter de les embêter, Migné va très certainement mettre l’accent sur le point fort des Kenyans : leur défense. En quatre matchs de qualification (la Sierra Leone ayant été disqualifiée), le Kenya n’a encaissé qu’un seul but face au Ghana. L’arrière garde des Harambee Stars se repose sur des joueurs complémentaires et très athlétiques. De l’engagement et une solidarité à toute épreuve, voilà ce qu’il faudra au Kenya pour rêver d’un exploit. Migné l’a bien compris et n’a d’ailleurs pas hésité à réserver un stage commando de trois semaines en France pour resserrer les liens. Les Harambee Stars joueront sur leurs qualités et il faudra très certainement s’en méfier… 
   

Combien de pays en Afrique peuvent se targuer d’avoir un joueur en finale de Ligue des Champions cette saison ? Le Sénégal (Sadio Mané), l’Egypte (Mohamed Salah), la Côte d’Ivoire (Serge Aurier), le Cameroun (Joël Matip), la Guinée (Naby Keïta) et… le Kenya ! Le peuple kenyan n’a eu d’yeux que pour Victor Wanyama (Tottenham) lors de la finale Liverpool-Tottenham remportée par les Reds. Passé par Southampton, le frère de McDonald Mariga (ex-Inter Milan) est l’élément majeur du groupe kényan. Son expérience du très haut niveau et en sélection (50 sélections) seront des atouts majeurs afin de permettre au Kenya de réaliser l’exploit dans une poule compliquée en compagnie notamment de l’Algérie et du Sénégal.

Q


Ça aurait pu être la très belle histoire de cette CAN mais un coup du sort en a décidé autrement. Dennis Oliech, alors âgé de 20 ans, était présent en 2004 lorsque le Kenya a remporté son premier match en CAN. Aujourd’hui, à 35 ans donc, l’ancien joueur d’Auxerre est passé tout proche de faire son retour dans la compétition. Sans club depuis trois ans, Oliech a tenté en janvier dernier le pari local en s’engageant avec la formation de Gor Mahia. L’intéressé a enchaîné quelques buts importants et surtout montré qu’il pouvait encore rendre des services chez les Harambee Stars. Une fracture au bras gauche contractée début mai a fini par briser les rêves de retour de « The Menace », son surnom au pays.  

d

> Présentation du Burundi
> Présentation de la Namibie
> Présentation de la Tanzanie