Copa America : Le Brésil veut effacer son cauchemar contre Messi

La finale ou le cauchemar qui se répète. Le Brésil attend avec impatience cette demi-finale de la Copa America face à l’Argentine. Le pays hôte n’a plus vu la finale de cette compétition continentale depuis 2007 et un succès contre le voisin et grand rival permettrait d’effacer en partie le douloureux souvenir d’une autre demi-finale à la maison, celle face à l’Allemagne lors de la Coupe du Monde 2014 dans ce même stade Mineirao de Belo Horizonte (1-7). 

"Il ne faut pas se faire de fausses idées, la précédente victoire (3-0 dans ce même stade pour les éliminatoires de 2016), ne nous garantit rien, pas plus que la raclée contre l’Allemagne durant le Mondial. Le plus important, c’est le spectacle. Ce sera un grand rival contre lequel on devra montrer nos qualités", a répondu Tite, le sélectionneur brésilien. Et si l’on parle de rivalité et de l’Albiceleste, il est impossible de ne pas mentionner Lionel Messi.

 

"On parle des individualités mais c’est dans le collectif que s’expriment les individualités. Il n’y a aucun moyen d’arrêter Messi, on peut réduire son importance mais c’est impossible de le neutraliser. De la même manière qu’on ne peut pas neutraliser Gabriel Jesus, Firmino…", a soufflé Tite comme pour mieux recentrer le débat.

Alisson : "Il n'y a pas que Messi à surveiller..."

 

Dans le camp d’en face, Lionel Scaloni n’a pas usé de la même recette quand il a fallu évoquer le rôle de son capitaine: "On est habitués à ce qu’il marque 3 buts par match ou qu’il passe 5 rivaux. On lui demandera peut-être autre chose. On est plus que satisfait par son travail. Il a mis le bleu de chauffe, c’est notre porte-drapeau." 

Plutôt détendu et blagueur, le sélectionneur argentin a évoqué son équipe, sans en dire beaucoup mais en confirmant un seul joueur. Et pas Messi… "Agüero va jouer. Je le dis parce que j’ai lu qu’il était incertain. (…) Je ne confirme personne d’autre, même pas Messi", a-t-il avancé. Pour autant, personne ne doute que le Barcelonais aura son mot à dire dans ce "Classique" majeur en Amérique du Sud.

Le Brésil s'en est sorti aux tirs au but face au Paraguay :