Le RCT s'en relèvera-t-il ?

Icon Sport

Patrice Collazo était forcément chafouin, samedi au moment de se présenter à nouveau devant les médias alors que ses protégés venaient de subir une nouvelle défaite à domicile, cette fois face à Edimbourg à l'occasion de la 5e journée de Champions Cup (17-28). Pour preuve, cette scène cocasse durant la conférence de presse d'après-match, lorsque le manager du RCT arrête net ses explications pour recadrer un journaliste écossais un peu trop remuant à son goût. "Oh ! You sit, please... You move, you move, I speak", a ainsi lancé l'ancien pilier à l'endroit du coupable après l'avoir sifflé. Difficile il est vrai de ne pas être de mauvais poil actuellement dans le Var, où la saison ressemble à un long chemin de croix.

Pour preuve, pour sa 19e confrontation de la saison toutes compétitions confondues, le RCT n'a enregistré que six succès... Forcément, ça fait tâche quand on a marché sur l'Europe entre 2013 et 2015. "On s’écroule trop facilement dans l’aspect mental, a noté Patrice Collazo. Le symbole du match c’est cet essai de 90 mètres que l’on prend alors que l’on doit marquer. On va essayer de trouver des points positifs dans les attitudes". Il n'y a plus que ça pour tenter de garder espoir en un exercice 2018-2019 qui s'annonce bien triste, car la réalité du Top 14 est aussi cette 10e place au classement avant de recevoir la visite du Stade Français fin janvier, après en avoir terminé avec la Champions Cup via un déplacement à Newcastle.

Reste à savoir si Patrice Collazo sera encore là pour commander le navire toulonnais. Les résultats des derniers mois n'incitent pas forcément à l'optimisme pour l'ancien coach de La Rochelle, d'autant que Mourad Boudjellal s'est fendu d'un tweet pour le moins intrigant après la rencontre. "Résumé du match il faut passer de Hulk à Flash, j ai compris tant pis pour mes comics…", a ainsi écrit le boss, semblant avant tout cibler les joueurs plus que le staff technique. Mais si un premier fusible doit sauter pour tenter de sauver ce qui peut encore l'être...