Champions Cup : Quel club français peut espérer aller au bout ?

Reuters

Depuis le triplé de Toulon en 2013, 2014 et 2015, aucune équipe française n’a réussi à remporter la Champions Cup, malgré plusieurs finales (deux pour le Racing 92, une pour Clermont). Cette saison, trois équipes tricolores se sont qualifiées pour les quarts de finale (qui auraient dû avoir lieu le week-end dernier mais ont été reportés pour cause de pandémie de coronavirus), et une était certaine d’accéder aux demi-finales. En effet, Toulouse devrait défier l’Ulster et Clermont devait recevoir le Racing 92. Mais quelle club français a le plus de chances d’aller au bout, si la compétition peut se terminer (ce qui semble de moins en moins plausible…) ?

Toulouse a régalé en phase de poules


Il s’agit sans doute du Stade Toulousain, le club français le plus titré de la compétition, avec quatre trophées à son palmarès. Avec 27 points décrochés sur 30 possibles en phases de poules, les Rouge et Noir ont terminé avec le troisième bilan de cette phase, ce qui leur permet d’affronter l’Ulster à domicile, ce qui semble à leur portée. Portés par Romain Ntamack, qui a brillé pendant le Tournoi des 6 Nations, le champion du monde Cheslin Kolbe, ou encore le troisième meilleur marqueur de points de la phase de poules Thomas Ramos, les champions de France peuvent largement rêver du dernier carré.

Même si en face, la province irlandaise a de beaux atouts à faire valoir, comme le demi de mêlée aux cinq essais en phase de poules, John Cooney. Si les Toulousains passaient ce quart, ils affronteraient alors Exeter, l’une des surprises de cette saison, qui n’a jamais dépassé les quarts, en Angleterre, où Northampton en France. Cela semble à leur portée.

Clermont toujours redoutable à domicile

Dans le haut du tableau, Clermont va donc défier le Racing 92 dans un match entre deux équipes qui courent toujours après le prestigieux trophée (trois finales perdues pour les Auvergnats, deux pour les Racingmen). A domicile, Clermont a remporté ses trois matchs européens à domicile cette saison, alors que le Racing s’est contenté d’une victoire et d’un nul à l’extérieur.

Toujours redoutable à Marcel-Michelin, Clermont peut compter sur Morgan Parra (sixième meilleur marqueur de la phase de poules) et son duo d’ailiers George Moala – Alivereti Raka, auteurs de cinq essais chacun en phase de poules. En Top 14 cette saison, le match Clermont – Racing 92 n’a pas encore eu lieu, et à l’aller, les Franciliens l’avaient emporté 27-19 début janvier dans leur Arena.

Le Racing 92 a de beaux arguments

Il faut dire qu’avec Teddy Thomas (6 essais en phase de poules, co-meilleur marqueur), Virimi Vakatawa, ou encore Finn Russell, les hommes de Laurent Travers ont de très beaux arguments. Mais l’avantage de jouer à domicile devrait compter pour Clermont, qui défierait ensuite le Leinster en Irlande, ou les Saracens en France, c’est-à-dire la meilleure équipe de la phase de poules (28 points sur 30, 6 essais pour Garry Ringrose) ou une équipe des Saracens qui s’apprête à descendre en deuxième division pour cause de manquement au « salary cap », et qui veut finir en beauté sa dernière campagne européenne avant au moins deux ans.

Pas simple. Rappelons que la finale doit se dérouler à l’Orange Vélodrome de Marseille et qu’une équipe française, quelle qu’elle soit, sera forcément avantagée par la présence en masse de ses supporters. Reste à savoir si cette finale 2020 aura lieu un jour…