Champions Cup : L'annulation du match de Toulouse n'est pas un scandale pour Urios

C’est la polémique qui marque ce week-end de Champions Cup. Touché par le coronavirus, Toulouse a vu son match face aux Northampton Saints être purement et simplement annulé par l’EPCR, avec une victoire bonifiée (28-0) accordé au club anglais. Une décision qui a provoqué le courroux des dirigeants mais également des joueurs du champion d’Europe en titre. Président de la Ligue Nationale de rugby (LNR) et ancien patron du Stade Toulousain, René Bouscatel a également critiqué la décision prise par l’EPCR. Toutefois, Christophe Urios a donné un avis bien différent alors qu’il a été interrogé par RMC. Ne cachant pas que « c’est un sujet sensible » pour lui, l’entraîneur de Bordeaux-Bègles a confirmé que « si tu es en capacité de présenter quinze joueurs professionnels dont six première ligne, tu dois jouer le match ». Toutefois, Christophe Urios a ajouté qu’« il n'y a pas de règle » en la matière au niveau européen.

Urios : « Pour moi, il n’y a pas scandale »


L’entraîneur du leader du Top 14, qui a également vu son match face aux Leicester Tigers être annulé avec une défaite (28-0) pour l’UBB, a donné son point de vue sur la situation. « C'est à l'appréciation d'une commission qui s'appuie notamment sur des experts de la LNR, a rappelé Christophe Urios. Donc même si Toulouse était capable d'aligner une belle équipe, ils ont convenu de par le nombre de joueurs touchés durant la semaine, que le risque de cluster était élevé. Ils ont donc annulé le match. » Si bon nombre d’observateurs se sont émus de la décision de l’EPCR, ce n’est visiblement pas le cas de l’ancien entraîneur de Castres. « Pour moi, il n'y a pas scandale. Je ne pense pas que ça le soit, a-t-il confié. La règle de la Coupe d'Europe, c'est de ne pas reporter de match. » Un son de cloche qui pourrait ne pas être si surprenant que ça, puisque l’UBB est assurée de disputer les huitièmes de finale, contrairement au Stade Toulousain.

>