Champions Cup : Ils ont impressionné en poules et étaient attendus en quarts

John Cooney


Le demi de mêlée de l’Ulster, qui fêtera bientôt ses 30 ans, est tout simplement le meilleur réalisateur de cette phase de poules, avec 71 points au compteur : 5 essais, 11 transformations, 8 pénalités. Pas mal pour un n°9 ! Entré dans l’histoire comme le premier joueur irlandais à jouer plus de 20 matchs pour trois provinces différentes (Leinster, Connacht, Ulster), le natif de Dublin ne compte pourtant que 11 sélections avec le XV du Trèfle (dont trois comme remplaçant lors du dernier Tournoi des 6 Nations), pour un essai marqué. Preuve que c’est bien avec l’Ulster que son jeu est le plus mis en valeur et les Toulousains ont intérêt à se méfier de lui en quarts.

Sam Simmonds


Avec Gary Ringrose et Teddy Thomas, il est le meilleur marqueur d’essais de cette phase de poules, avec six essais inscrits (dont trois contre La Rochelle). Pourtant, le joueur anglais de 25 ans évolue en troisième ligne ! Formé à Exeter, Simmonds a grandement contribué à la belle campagne européenne des Chiefs, qui vont seulement disputer leur deuxième quart de finale en Champions Cup, avec le deuxième bilan de la phase de poules. Cela ne lui a malgré tout pas suffi à jouer le dernier Tournoi des 6 Nations avec l’Angleterre.

Garry Ringrose


Le Leinster a terminé avec le meilleur bilan de la phase de poules (28 points, 6 victoires, 0 défaite) et son centre Garry Ringrose n’y est évidemment pas étranger. Le joueur de 25 ans a inscrit 6 essais en 5 matchs, avec un triplé contre Trévise et un triplé contre Northampton. L’international irlandais, formé au club, qui ne joue quasiment que la Coupe d’Europe (un seul match en Pro 14 cette saison) est en train de signer la plus belle campagne de sa carrière, et de loin. Il n’a malgré tout disputé qu’un seul match du Tournoi des 6 Nations 2020.

Finn Russell


Dans une poule où figuraient également les Saracens et le Munster, le Racing 92 s’est brillamment qualifié pour les quarts de finale en terminant premier. Finn Russell, l’ouvreur écossais de 27 ans, a grandement contribué à ce beau parcours, avec notamment deux essais, contre les Saracens et le Munster, et quelques actions de génie dont il a le secret. Ecarté du groupe écossais pour le Tournoi des 6 Nations pour raison disciplinaire et mésentente avec son sélectionneur, le n°10 arrivait en pleine forme pour le quart de finale à Clermont.

Romain Ntamack


Contrairement aux quatre joueurs pré-cités, il a réussi à faire une phase de poules de Champions Cup aussi belle que son Tournoi des 6 Nations. Alors qu’il fêtera seulement ses 21 ans le mois prochain, Romain Ntamack s’est déjà imposé comme un titulaire indiscutable. Le Stade Toulousain a signé six victoires en six matchs de poules et le jeune Français, placé à l’ouverture ou au centre selon les rencontres, a marqué cinq essais (dont un doublé contre Montpellier et Gloucester). Sur sa lancée, il a réussi un excellent Tournoi, avec quatre titularisations à l’ouverture, deux essais, sept transformations et cinq pénalités. Celui qui représente l’avenir du rugby français (avec Penaud, Dupont…) est prêt à défier l’Ulster et amener Toulouse dans le dernier carré pour la deuxième année consécutive.