Erik Bonneval : "Clermont voudra imposer son jeu"

Frederic Chambert / Panoramic

Quelles seront les clés de cette finale 100% française ?

Clermont voudra imposer son jeu. L’ASM a beaucoup de repères collectifs et réalise un très bon championnat avec sa deuxième place derrière Toulouse. C’est une formation qui a une marque de fabrique dans son jeu. La clé du match repose là : si Clermont parvient à mettre la main sur le ballon et à dicter son rythme, avec beaucoup de vitesse, de temps de jeu multipliés, ce sera compliqué pour La Rochelle. Celui qui donnera le tempo du match aura fait un grand pas vers la victoire.

Comment le Stade Rochelais peut justement contrarier le plan jeu établi de Clermont ?

Ils doivent être capables de maîtriser leurs lancements de jeu. La Rochelle a des arguments, en touches et en mêlées, pour gêner Clermont. Ce qui sont des aspects où l’ASM a parfois du mal dans les gros matchs. Et quand vous êtes en difficultés sur ces fondamentaux, le risque de se faire contrer augmente. Je pense que La Rochelle va appuyer sur les zones de combat et de conquête pour obliger Clermont à attaquer dans de moins bonnes conditions.

La belle histoire de cette finale, c’est Jono Gibbes, l’entraîneur de Stade Rochelais, retrouve Clermont en finale, avec qui il a remporté le bouclier de Brennus en 2017 en tant qu’assistant de Franck Azéma. Quelle est la patte apportée par le coach néo-zélandais à cette formation du Stade Rochelais ?

Jono Gibbes a su se mettre, en arrivant en cours d’année, dans la continuité de qu’avait mis en place Xavier Garbajosa. Il a apporté des retouches mais n’a rien changé fondamentalement. Cela aurait pu être le danger justement de tout vouloir modifier en cours de saison. Le Stade Rochelais possède de nombreux acquis et Gibbes a apporté sa patte tout en gardant ce qui marche bien. Le résultat, c’est cette finale et la quatrième place en Top 14.

[VIDEO] Clermont et le diamant Penaud

Favori avant le début de cette Challenge Cup, Clermont est finalement là où l’attendait, en finale, après avoir survolé la compétition. Voyez-vous l’ASM un cran au-dessus de son adversaire ?

Oui tout à fait. Il semblerait que l’ASM possède une maturité plus grande à ce niveau de compétition. Ils ont joué plusieurs finales, gagnés comme perdus, et c’est une équipe qui est bâtie dès le début de l’année pour remporter des titres. Cette Coupe d’Europe était un objectif annoncé pour le club. Ils sont maintenant au rendez-vous. Du côté de La Rochelle, l’appétit est venu en mangeant et pour les avoir commenté en demi-finales, ils sont plein d’ambition avant cette rencontre. Ils doivent sortir de ce match sans aucun regret.

Face à un Stade Rochelais insouciant et qui n’a rien à perdre, l’ASM est-il sous pression finalement du fait de son statut de grandissime favori ?

C’est vrai que si Clermont gagne, on dira que c’est logique par rapport à l’effectif du club. Ils ont la pression du favori sur les épaules. A voir comment les joueurs de Franck Azéma vont gérer cet aspect. S’ils prennent le score, ce sera dur de les faire douter. Mais si le score est accroché vers l’heure de jeu, si La Rochelle est toujours dans le coup à ce moment-là… il peut y avoir une fin de match très intéressante.

Pour conclure, une dernière question, tout simple : qui voyez-vous l’emporter ce soir ?

(rires). Léger avantage pour Clermont car je pense que certaines de leurs individualités marchent sur l’eau en ce moment et peuvent faire basculer ce genre de match. Je pense notamment à Damian Penaud et Peceli Yato. Donc petit avantage, si je devais parier, pour l’ASM Clermont.