Challenge Cup : Biarritz disputera bien ses deux matchs à Villeneuve d'Ascq !


C'était uniquement dans l'air il y a quelques heures encore. C'est maintenant confirmé (à défaut d'être encore officiel). De retour sur la scène européenne comme en Top 14 cette saison, Biarritz disputera bien ses deux matchs de Challenge Cup loin de son stade habituel : le Parc des Sports d'Aguilera. Comme il l'avait annoncé dès la connaissance de ce calendrier qui a réservé la poule A au BO aux côtés des Italiens des Zèbres, des Anglais de Worcester et de Newcastle et de Toulon, autre club français en lice dans cette "petite" Coupe d'Europe et qui évoluera dans la même poule que Biarritz, le club biarrot a décidé de délocaliser ses deux rencontres du premier tour dans le Nord. Après avoir déjà découvert le Stadium de Villeneuve-d'Ascq cet été lors de sa préparation dans le cadre d'un match amical face à Bordeaux-Bègles, le BO va donc y retourner, cette fois dans le cadre de deux matchs officiels, et y affronter Newcastle, en janvier prochain, et Toulon, en avril, le calendrier ayant d'abord réservé aux Basques deux déplacements, chez les Zèbres puis à Worcester. RMC Sport précise même ce jeudi que le club cher à Jean-Baptiste Aldigé, son président, a déjà fait part à l'organisateur de la Coupe d'Europe de son choix alors qu'il est toujours question que la saison prochaine, le BO dispute tous ses matchs à domicile à Villeneuve-d'Ascq.

Pour Aldigé, c'est la seule solution pour que le BO perdure 


Cette délocalisation le temps de deux matchs pour le moment - mais aux forts airs avant l'heure de déménagement définitif - entre d'ailleurs dans cette menace que continue de brandir Aldigé face aux dissensions qui l'opposent à la mairie de Biarritz et qui constituent selon l'intéressé les uniques manières pour le BO de ne pas avoir à mettre la clé sous la porte. "A partir du moment où l’on ne peut pas avoir à Biarritz les installations pour vivre avec cette équipe, on a cherché des solutions pour ne pas avoir à supprimer l’équipe. Fort heureusement, il y a d’autres options pour que l’équipe continue à vivre et s’exprimer. J’en suis très soulagé car il pourrait ne pas y avoir d’autres options, on n’aurait alors comme seul choix que de liquider et disparaître", déclarait encore récemment le président du club biarrot, assurant au passage que ce n'est pas de gaité de coeur qu'il se retrouve contraint de prendre des décisions aussi drastiques et contraires à ce qu'attendent les supporters. "Il n’y a jamais eu de projet, il y a trois ans, de déménager avec cette équipe-là. Le projet était de réussir avec cette équipe à Biarritz, l’implanter au Pays Basque et pouvoir la faire vivre sur un modèle économique avec des infrastructures qui le rendent possible." Aldigé était alors loin de penser, à l'entendre, qu'il devrait déménager. Même si ce ne sera que partiellement. En tout cas, dans un premier temps.

>