Wolfsburg - Lacroix, une sacrée bannière

Panoramic

Titulaire en défense centrale en Bundesliga à l'âge de 20 ans, dès son arrivée en provenance de Sochaux : voilà le destin d'ores et déjà rare de Maxence Lacroix, qui veut dire beaucoup de choses sur la qualité du joueur. Si on y ajoute que son club de Wolfsbourg est la meilleure défense du championnat, également seule équipe encore invaincue avec Leverkusen... "Il est véloce, rapide, âpre et bon dans les duels, résume Patrick Guillou. Son placement est bon, de même que ses interceptions grâce à son intelligence de jeu. Il aime le duel mais il préfère anticiper, passer devant l'attaquant et intervenir sur les passes. Il est facile techniquement, il a quasiment les deux pieds, ce qui facilite beaucoup de choses."

Si notre consultant, très renseigné sur cette pépite qui associe deux de ses anciens clubs (Wolfsbourg et Sochaux), se demandait "s'il allait s'adapter à la rigueur allemande, à une certaine forme d'impatience", il a vite été rassuré. Pourtant, il avait rapidement concédé un penalty dès son premier match amical. Ce qui n'a pas empêché son coach Oliver Glasner de lui maintenir une confiance totale, avec la blessure du camarade Marin Pongracic en petit coup de pouce inattendu... Ce qui lui a permis de jouer l'intégralité de tous les matchs de championnat ou presque, sept sur huit (dont les six derniers).



Au-delà du bienfait immédiat pour Wolfsbourg, celui-ci amène justement à nous poser la question du potentiel du garçon. Sa détermination est très prometteuse. Patrick Guillou poursuit : "A Sochaux, Omar Daf et d'autres me donnent une constante à son sujet : il est hyper professionnel et ambitieux, méticuleux. Durant le confinement, il demandait à son coach et au staff vidéo de refaire le montage de tous les buts encaissés et de travailler en visio pour voir ce qu'il aurait pu mieux faire... Il ne se satisfait pas de son talent précoce, il veut toujours pousser le curseur plus loin. Sa sphère familiale est aussi très soudée et équilibrée. Il est mature, très discipliné et très bien éduqué, respectueux et travailleur. Avec toutes ces qualités et valeurs, son intégration en Allemagne n'en sera que plus rapide."

Jörg Schmadtke, le grand patron sportif du VFL, n'y va pas non plus par quatre chemins avec celui qui a joué en bleu dans toutes les catégories de jeunes - et qui a aussi pu être couvé, à son arrivée, par ses compatriotes Josuha Guilavogui et Jérôme Roussillon : "Il bonifie tous ses partenaires, y compris John Brooks." L'international américain, son binôme en charnière, a pourtant 27 ans... A mi-chemin, toutes proportions évidemment gardées, entre un Raphaël Varane et un Laurent Blanc, sa relance est peut-être son point le plus fort. "Il y a 90% de ses passes qui sont réussies, et elles sont souvent verticales... Il peut ainsi éliminer des joueurs comme ça, il casse les lignes adverses après s'être sorti du pressing techniquement."

De quoi donner des sueurs froides à ses entraîneurs, mais le rapport qualité-prix en vaut donc la chandelle... Le test du Werder, bloc encore plus bas que celui de Wolfsbourg, sera intéressant car les Loups devraient être obligés de faire le jeu. Notre spécialiste de la Bundesliga conclut : "Comme il sera placé beaucoup plus haut, il lui faudra gérer la profondeur. Mais c'est le joueur le plus rapide de l'effectif..." A part son jeu long, éventuellement, ce jeune homme a décidément bien peu de défauts.

 

La Buli de Charly : Hradecky se trouve, Haaland en mode cyborg !