Tous derrière et lui devant...

Après l'énième coup de massue de la première journée de Bundesliga et ce 8-0 du Bayern face à Schalke, poser la question est presque comme y répondre. Et Patrick Guillou n'en fait pas mystère : "Personne ne peut aller les chercher, la réponse est claire. Leur principal adversaire, c'est eux-mêmes." Si l'effectif peut paraître encore un peu court après les départs non compensés (pas encore ?) d'Alcantara, Coutinho et Perisic, ce sera toujours forcément mieux armé que n'importe lequel de leurs concurrents nationaux. "Après un match de Ligue des Champions, le samedi à 15h30, ils gagnent 2-0 alors que Dortmund ou Mönchengladbach vont lâcher des points..."


Pour notre consultant, "ce ne sera pas les Harlem Globe Trotters toute la saison, mais si derrière les autres se mangent un peu entre eux, même si le Bayern ne finira peut-être pas avec treize points d'avance, la marge sera restreinte mais suffisante". L'histoire classique de la Bundesliga depuis tant d'années, à quelques exceptions près dont la dernière remonte déjà à 2012 avec le Borussia Dortmund de Jürgen Klopp... "Le Bayern est toujours en mouvement, ils travaillent déjà sur les dix prochaines années. Les dirigeants arrivent à maintenir sans cesse le niveau d'exigence alors que les joueurs ont tout gagné. Tout est calculé, par exemple le départ de Thiago Alcantara pour services rendus."

Alors, comment notre spécialiste Bundesliga envisage-t-il la lutte derrière le monstre ? "Dortmund a un effectif conséquent, Möinchengladbach a aussi doublé ses postes et a des joueurs un peu plus matures... Il faudra voir comment les uns et les autres s'adaptent au calendrier démentiel. A Dortmund, on a dit que l'objectif était de gagner la Coupe et d'atteindre à nouveau les huitièmes en Ligue des Champions. A Gladbach, on parle d'une place européenne et de sortir des poules en C1. Je mettrais Dortmund devant Leizpig, qui reste en avance sur tout, puis Gladbach et Leverkusen, qui a perdu toute son animation offensive. Et puis une surprise qui finira par rentrer dans le rang, comme tous les ans. C'était Fribourg la saison dernière, Francfort l'année précédente, pourquoi pas Hoffenheim ?" Loin, très loin du Bayern.