Thorgan, le Hazard qu’on n’attendait pas

Reuters

Il n’aurait pas dû jouer. Samedi dernier, pour la reprise de la saison de Bundesliga, interrompue en raison de la pandémie de coronavirus, Thorgan Hazard était censé débuter sur le banc le derby de la Ruhr entre le Borussia Dortmund et Schalke 04. Mais suite à la blessure de son coéquipier Giovanni Reyna, le Belge a été titularisé par Lucien Favre, qui n’a pas eu à s’en plaindre. Car il a été l’un des grands artisans de ce large succès du BVB (4-0).

Passeur décisif pour Erling Haaland à la demi-heure de jeu, le petit frère d’Eden a ensuite marqué le troisième but des siens en début de deuxième période. Et il compte désormais 6 buts cette saison en Bundesliga, ainsi que 11 passes décisives. Ce qui le place au pied du podium des meilleurs passeurs de l’élite allemande. Un total qu’il n’avait atteint qu’une seule fois durant sa carrière, lors de son prêt à Zulte Waregem en 2013-2014, lorsqu’il avait fini meilleur passeur du championnat belge.

Il avait suivi Eden à Chelsea

Contrairement à son grand frère, transféré au Real Madrid l’été dernier, Thorgan Hazard a connu une progression moins linéaire. Formé au RC Lens, il n’aura jamais joué en Ligue 1, faisant ses classes en Ligue 2 avant de rejoindre Eden à Chelsea. Un club londonien dont il n’aura jamais porté le maillot en match officiel, et qui l’a d’abord prêté en Belgique, où il a véritablement lancé sa carrière, avant de confirmer, toujours en prêt, au Borussia Mönchengladbach.

International belge depuis 2013, il s’est totalement épanoui en Bundesliga. A Dortmund depuis l’été dernier, il a reçu un coup en fin de match contre Schalke mais devrait pouvoir tenir sa place samedi (15h30) à Wolfsbourg, même si Reyna effectue son retour. "Thorgan ne souffre que d’une blessure légère", avait expliqué Favre la semaine dernière. Une nouvelle occasion "de (se) faire un prénom", comme il l’expliquait à France Football lors de son passage chez les Sang et Or.  Aujourd’hui âgé de 27 ans, Thorgan Hazard a bien réussi à sortir de l’ombre de son frère.