Leipzig, maintenant ou jamais ?

Panoramic

A quelques jours des retrouvailles entre le Bayern Munich et le Paris Saint-Germain en quarts de finale de la Ligue des champions, on a forcément beaucoup parlé en France de la blessure de Robert Lewandowski, victime d'un étirement ligamentaire au genou droit lors du match entre la Pologne et Andorre, et qui va être éloigné des terrains pendant les quatre prochaines semaines.

De l’autre côté du Rhin, on ne minimise pas l’importance de l’absence de "Lewy" pour ce choc face aux Parisiens, mais on se focalise d’abord sur son impact sur celui de samedi contre le RB Leipzig. Voire sur le fait que le Polonais, auteur de 35 buts en 25 matchs de Bundesliga (!), aura du mal à battre le record établi par le légendaire Gerd Müller, et ses 40 réalisations lors de la saison 1971-1972.

 Krösche : "Le Bayern peut remplacer Lewandowski"

Quatre nuls consécutifs entre Leipzig et le Bayern


Un gros coup dur pour le Bayern, dont les quatre joueurs alignés d’entrée avec la Mannschaft (Kimmich, Goretzka, Gnabry et Sané), mercredi soir lors de la défaite honteuse de l’Allemagne face à la Macédoine du Nord (1-2), n’ont pas vraiment brillé, apparaissant même fatigués. Et si c’était le meilleur moment pour affronter les champions d’Europe ? C’est ce que doit penser le RB Leipzig, un ambitieux dauphin tout juste éliminé de la C1 par Liverpool et qui compte quatre longueurs de retard sur le leader bavarois avant de l’accueillir samedi après-midi (18h30 beIN SPORTS 2).

Opposés pour la première fois en 2016, les deux clubs sont désormais rivaux. En dix affrontements, Leipzig n’a battu qu’une seule fois le Bayern, en mars 2018, mais reste sur quatre matchs nuls consécutifs en Bundesliga. Dont un particulièrement spectaculaire à l’aller, en décembre dernier (3-3). Les Roten Bullen, qui possèdent la meilleure défense du championnat allemand (21 buts encaissés), alors que les Munichois possèdent la meilleure attaque (78 buts marqués), ont donc une occasion quasiment unique de revenir à une longueur avant l’emballage final. Et les hommes de Julian Nagelsmann savent que face à un tel adversaire, même amoindri, il ne faut pas la laisser passer…

 


>