Joshua Kimmich, toujours plus indispensable

Reuters
Joshua Kimmich avait donné le ton dès la saison 2016-2017. A 22 ans seulement, il délivrait huit passes décisives en quinze sélections pour sa première saison pleine avec la Mannschaft. Coureur infatigable, le nouveau capitaine de l'équipe d'Allemagne a confirmé, année après année, son implication décisive en tant que passeur. Profil du milieu moderne par excellence, plus relayeur que réellement défensif, Kimmich était ensuite en 2018 le joueur impliqué sur le plus de buts du Bayern en Ligue des Champions (7). Aligné en latéral droit lors du Mondial 2018, sa capacité de centres était aussi incroyable (voir plus bas). Une certaine idée du jeu offensif, lui qui a toujours réclamé - et obtenu, en toute logique - le fait de jouer au milieu.

Hansi Flick, qui le connaît mieux que personne en tant que nouveau sélectionneur de la Mannschaft, après l'avoir dirigé avec grand succès au Bayern, l'a donc nommé en tant que capitaine : "Il est techniquement fort, il a une grande détermination. Il peut et doit devenir un leader. Il donne le tempo du jeu et il a un gros potentiel, il est prêt à tout pour aller encore au bout de son développement. C'est un modèle pour tous les jeunes, il est très mature comme lorsqu'il négocie son contrat tout seul. Son rôle est central." A 26 ans, il est désormais lié jusqu'en 2025 avec le club bavarois. Les grandes performances sont devenues la normalité pour lui, symbole moderne de cette stabilité érigée en guise de tradition du côté du Bayern.

Lors de l'Euro, c'est encore lui qui a créé le plus d'occasions pour la Mannschaft (7), comme il l'avait également fait lors de la campagne victorieuse des Munichois en Ligue des Champions en 2020 - toutes équipes confondues. Ces quatre dernières saisons, il a cumulé dix, treize, sept et enfin dix passes décisives en Bundesliga avec le Bayern. En ce début d'exercice 2021-2022, il en est déjà à trois offrandes en sept matchs. Et trois buts, ce qui pourrait le porter dans des sphères encore plus hautes. Il y a ainsi fort à parier que Kimmich va battre son record, établi à sept buts en 2017. Son absence de la liste des 30 nommés pour le Ballon d'Or a fait grincer les dents d'un certain nombre d'observateurs. En Allemagne, c'était juste impensable.

>