Bundesliga: comment Nkunku et Diaby ont séduit la Bundesliga

turquie

D'autres néo-internationaux tricolores d'Allemagne, comme Marcus Thuram (Mönchengladbach) ou Dayot Upamenaco (Bayern) ont eu du mal à confirmer les attentes. Mais Nkunku (24 ans/deux sélections) et Diaby (22 ans/cinq sélections), eux, ont franchi un palier dans leur progression. Le mercato approche, et ces deux-là semblent appelés à rejoindre des clubs encore plus ambitieux. 

Manchester United est, selon la presse, sur la trace de Nkunku. Leipzig espère 75 millions d'euros. Newcastle est le club le plus souvent cité pour accueillir Diaby, que Leverkusen lâcherait pour 50 millions. Nkunku, que ses coéquipiers de Leipzig appellent "Christo", a probablement été le joueur le plus complet de Bundesliga cette saison. 

"On voit toujours à la télé ses buts, ses passes décisives, ses jonglages et ses gris-gris", l'encense son entraîneur Domenico Tedesco. "Mais il est beaucoup plus que ça: il travaille, il sprinte, il est très bon dans le contre-pressing, et il a évidemment des qualités offensives, un très bon tir des deux pieds, une grande vitesse et un excellent contrôle de balle."

Derrière Lewandowski 

Quant à Diaby "c'est un joueur qui fait la différence", résume le directeur sportif de Leverkusen Simon Rolfes. Pour Deschamps, qui l'a convoqué à chaque rassemblement cette saison, "il a une capacité de volume très importante, et de la justesse technique car il fait marquer et marque aussi". Les statistiques ne disent pas tout de l'art du dribble, des appels de balle ou des "caviars" servis aux coéquipiers. Mais elles témoignent de la régularité au plus haut niveau. 

Au classement cumulé buts/passes décisives, Nkunku va probablement terminer à la deuxième place de Bundesliga derrière l'intouchable Robert Lewandowski, mais avec une statistique mieux équilibrée: 20 buts et 15 "assists" avant la dernière journée samedi (34 buts et cinq passes pour le Polonais). Diaby pointe à la 5e place de ce classement avec 13 buts et 13 passes, juste derrière deux canonniers de haut vol, Erling Haaland (Dortmund, en partance pour Manchester City) et Patrick Schick, son coéquipier à Leverkusen.

Leurs styles ont quelques points communs. Petits et mobiles (Nkunku 1,75 m et Diaby 1,70 m), ils sont l'un et l'autre polyvalents en attaque, même si Nkunku a plus évolué dans l'axe et Diaby sur les ailes cette saison. Leur vitesse leur permet de marquer beaucoup de buts en profondeur derrière la défense. Leur vista fait d'eux des passeurs redoutables. Et le dribble, surtout chez Diaby, reste leur arme fatale.

Buts décisifs 

"Quand j'ai fait le choix de partir à Leipzig, je voulais un projet où je me sentais important dans l'équipe"

Mentalement, Nkunku semble avoir un coup d'avance. Joueur leader, il marque beaucoup de buts décisifs, de ceux qui rapportent les points en championnat ou font basculer des matches à élimination directe. "Quand j'ai fait le choix de partir à Leipzig, je voulais un projet où je me sentais important dans l'équipe", a-t-il d'ailleurs expliqué lors de sa première sélection en équipe de France: "Le fait d'avoir ce rôle important, c'est surtout ça qui me permet d'être là."

Diaby en revanche est encore parfois critiqué pour un certain manque de combativité lorsque son équipe est en difficulté. Dans l'optique d'un Mondial, Nkunku peut aussi se prévaloir d'une plus grande expérience du haut niveau. Avec Leipzig, il a déjà joué 24 matches de Ligue des champions, dont une demi-finale en 2020 (perdue 3-0 contre le Paris SG). Diaby n'en a joué que deux, en phase de poule. D'ici au Mondial, les deux hommes vont en tous cas rester dans le radar du sélectionneur, conservateur mais ouvert aux nouveaux talents: "L'expérience est essentielle, répète Deschamps, mais amener de la fraîcheur et suivre les lendemains des nouveaux internationaux, c'est important".


>