Bundesliga : Borussia Dortmund, ça passe ou ça casse

Reuters

Le destin du BvB ne tient qu'à un fil. Après neuf qualifications pour la Ligue des Champions en dix ans, dont cinq d'affilée pour la série en cours, le club de la Ruhr va devoir se battre pour ne pas briser la chaîne : cinquièmes à quatre points du quatrième Francfort, à huit journées de la fin de la saison, Erling Haaland et ses coéquipiers n'affichent plus la régularité qui a fait de Dortmund l'incontestable deuxième force de la dernière décennie en Allemagne. L'omniprésence de l'attaquant norvégien est à double tranchant, à savoir qu'elle peut déjà créer une forme de dépendance. "Il permet de se sortir de certaines situations, mais ça cache aussi certaines lacunes", résume ainsi Patrick Guillou.

Comme pour Liverpool en Angleterre, Dortmund souffre aussi inévitablement de l'absence de public. Le rapprochement des trajectoires, entre les deux plus chaudes ambiances des grands championnats européens, est trop gros pour n'être qu'un hasard. "Sinon, ce sont toujours les mêmes constats, reprend notre consultant. Des blessures, un manque de génie et de caractère dans les matchs au couteau type Augsbourg..."


L'expérience Terzic est mitigée

La situation d'Edin Terzic interpelle également. Si de légers progrès commencent à se faire sentir avec celui qui a remplacé Lucien Favre en décembre, on sait déjà qu'il sera relevé la saison prochaine par Marco Rose (en provenance de Mönchengladbach). "Si tu termines la saison en fanfare, en gagnant la Coupe d'Allemagne et/ou en sortant City en quarts de finale de Ligue des Champions..." Ça peut faire bizarre, pour compléter la phrase de Patrick Guillou.

En attendant, par rapport au classement de la onzième journée - le moment du changement de coach -, Dortmund est toujours à la même place en championnat et avec un retard plus conséquent sur le quatrième (deux points en décembre). Toujours avec sa politique de très jeunes joueurs extrêmement prometteurs (Giovanni Reyna, Jude Bellingham...), l'équipe demeure concentrée sur son objectif de qualification pour la C1, qui pourrait faire rester Erling Haaland un an de plus en attendant de s'envoler pour le Real Madrid. Mais s'il n'y a pas de Ligue des Champions...


 


>