Au Hertha, on reste positif 

"Nous avons encore beaucoup à faire ensemble." C’est ainsi que le Hertha Berlin avait conclu dimanche son message sur Twitter pour souhaiter un bon anniversaire à Carsten Schmidt, le président directeur général du club. Deux jours plus tard, l’intéressé annonçait son départ "d’un commun accord" avec le club et pour des "raisons uniquement privées", moins d’un an après son arrivée. Un départ qui n’a pas chamboulé l’équipe, à en croire son entraîneur. "Nous n'en avons pas beaucoup parlé dans le vestiaire", a ainsi déclaré Pal Dardai. 

 

Bobic : "Ce n’est pas agréable"

 

Alors qu’il a hérité de plus de responsabilités suite au départ de Schmidt, le directeur sportif Fredi Bobic a lui reconnu avoir été "touché. Ce n’est pas agréable quand quelque chose comme cela se produit", a ainsi réagi l’ancien attaquant de la Mannschaft, rapporte le quotidien Der Tagesspiegel. Mais le terrain dans tout ça ? Encore ambitieux à l’intersaison, avec de nombreux joueurs débauchés, dont les expérimentés Kevin-Prince Boateng et Stevan Jovetic pour encadrer des jeunes prometteurs, le club berlinois a débuté par trois défaites, dont une lourde à Munich face au Bayern, avant d’enchaîner et de signer deux victoires de rang. 

 

La trêve internationale mise à profit

 

Sauf que l’embellie n’a pas duré, et que le Hertha a ensuite enregistré deux nouveaux revers de rang, avec une véritable humiliation sur la pelouse du RB Leipzig (6-0). Pire défense de Bundesliga avec 20 buts encaissés, le club de Lucas Tousart occupe la 14e place avant d’aller défier l’Eintracht Francfort, 13e à deux points, samedi après-midi (15h30) dans le cadre de la 8e journée. Un match face à un concurrent direct où Dardai et ses hommes espèrent relever la tête. Le technicien hongrois était d’ailleurs satisfait d’avoir pu quasiment compter sur l’intégralité de son effectif durant la trêve internationale. L’occasion de travailler notamment sur les coups de pied arrêtés, un des secteurs déficients de son équipe.


>