Lourds : Yoka s'impose aux points et reste invaincu



Les Yoka ont fait durer le plaisir, mais restent invaincus. Habituellement plutôt du genre à se montrer pressés, pour ne pas dire expéditifs, le couple Yoka - Tony et Estelle - a pris son temps vendredi soir à Nantes. Sous les yeux de son mari et père de leurs deux garçons, Estelle Yoka-Mossely avait la première compris que la soirée allait s'avérer plus compliquée que les précédentes. Certes, la championne olympique de Rio avait remporté son huitième combat face à sa compatriote Emma Gongora, remplaçante de dernière minute de la Bosnienne Pasa Malagic, testée positive au Covid-19, et poursuivi sa série d'invincibilité depuis ses débuts professionnels, mais aux points uniquement et non sans que la Française lui ait posé de sérieux problèmes par moments. Un signe peut-être annonciateur de ce qu'allait vivre son époux Tony, un peu plus tard en Loire Atlantique. Lui aussi toujours invaincu (il a remporté vendredi son 9eme combat chez les pros), le Francilien avait annoncé qu'il y avait de fortes chances que Christian Hammer l'emmène au bout des dix rounds, avec toutefois la certitude qu'il passerait un cap face au Roumain et ancien numéro 15 mondial. « L’Artiste » avait vu juste. Et il a fallu un Yoka plein de maîtrise et néanmoins dominateur (78 coups envoyés à Hammer, contre seulement 19 reçus) pour se sortir des nombreux pièges tendus par « Le Marteau », boxeur chevronné de 33 ans qui n'a pas hésité à faire usage de toute son expérience pour tenter de déstabiliser le Français.


Yoka se rapproche du Top 10





Vigilant, ce dernier ne s'est jamais laissé surprendre par son adversaire, gêné en début de match par une entaille au niveau du crâne faisant couler du sang sur son œil gauche mais qui a joué crânement sa chance jusqu'au bout en tentant presque constamment de rentrer face à un Yoka maître de son sujet et de sa technique, pour toucher régulièrement Hammer, certes sans l'empêcher d'aller au bout. Victoire logique à l'arrivée du médaillé d'or de Rio, toujours invaincu et chaque jour un peu plus proche des dix meilleurs mondiaux de sa catégorie. « Je suis content de ma performance, j'ai su contrôler les choses comme il le fallait. Je sens que je passe un cap avec ce combat. Ca me permet de me rapprocher du Top 10 mondial. Je suis très satisfait », a avoué le vainqueur sur le ring après ce neuvième succès face à ce boxeur roumain « qui fait partie de la crème », à en croire Yoka. Cela tombe bien, car la carrière du Français, jusqu'à maintenant, c'est du beurre.