Pau-Lacq-Orthez / Seillant : « C’est un désastre ! »

Panoramic

Pierre Seillant (81 ans) est sous le choc. A l'instar de tous les fans d'un jour ou de toujours de l'Elan béarnais, l'ancien président de ce club qui s'était d'abord appelé Orthez puis Pau-Orthez du temps de son règne ne se remet pas de la décision de la DNCG d'envoyer Pau-Lacq-Orthez (nom actuel) à l'échelon amateur. Lundi soir, le gendarme financier de la Ligue nationale de basket (LNB) a en effet confirmé la rétrogradation du club sacré neuf fois champion de France entre la fin des années 80 et le début des années 2000. Dirigeant historique autant qu'emblématique de ces couleurs également auréolées de la victoire en Coupe Korac (en 1984) là aussi alors qu'il en était déjà le président, Seillant se dit assommé, sans pour autant être étonné.

Un nouveau coup de tête sur la tête pour Seillant


"J’avais déjà pris un premier coup sur la tête le mois dernier. Et on s’y préparait ces dernières semaines. C’est un désastre non seulement sportif mais aussi moral par rapport à tout ce qu’on a fait pendant cinquante ans, bénévoles, supporters, partenaires, joueurs, entraîneurs, dirigeants. J’avais été favorable l’an dernier à la vente aux Américains par l’agglomération de Pau car elle ne pouvait pas le gérer indéfiniment", déplore dans L'Equipe cet ancien assureur de profession, qui avait rendu son tablier de président en mai 2008.

Seillant : "Ils ne comprenaient rien au club, à la France"


L'ancien homme fort du club révèle au passage, sans savoir réellement ce qui attend Pau-Lacq-Orthez à l'avenir ("Il va falloir de l’argent, du temps mais surtout des hommes car en Nationale 1, il n’y aura plus grand monde) que les propriétaires américains l'avaient sollicité "il y a quelque temps" pour qu'il apporte son soutien financier, mais il a refusé. "Il voulait qu’on mette la main à la poche mais on a dit non, car ils n’ont pas tenu leurs engagements. On n’a jamais eu d’infos, de chiffres. Ils ont mal géré la chose et ne comprenaient rien au club, à la France." Une incompréhension et un flou qui ont conduit à cette bien regrettable situation pour tous les supporters de l'Elan béarnais. Pierre Seillant en fait partie. Et il est bien triste.

>