Monaco/Obradovic : «Je ne comprends vraiment pas !»

Panoramic

Une fois de plus, le scénario avait pourtant tout de parfait pour Monaco. En tout cas sur le papier. Après sa victoire dans le match 3, lundi, la Roca Team, toujours en quête de son premier titre de champion de France, s'était offert une balle de match face à l'ASVEL, le tout en Principauté à l'occasion du match 4. Une nouvelle fois, les Monégasques ont pourtant laissé passer l'occasion. Pire encore : deux jours après avoir dompté les doubles vainqueurs sortants à l'issue d'un match des plus sérieux qui aurait, certes, pu leur échapper, dans les derniers instants, Mike James et les siens ont pris une terrible gifle (85-68) devant leur public. Résultat : s'ils veulent enfin soulever le trophée, c'est maintenant sur le parquet de l'Astroballe que les joueurs du Rocher devront réaliser ce qui aurait tout d'un véritable exploit, lors du match 5 décisif. Même en retournant le problème dans tous les sens, Sasa Obradovic, l'entraîneur de Monaco, interrogé sur le site de son club, ne parvenait pas à chaud à trouver la réponse à la question.

Ouattara : "Nous n'avons pas fait honneur à nos supporters"


"Je ne comprends vraiment pas. Nous avons montré deux visages totalement différents en l’espace de deux matchs. On a un plan et on parle ensemble. On peut faire des erreurs, mais ce soir (mercredi soir), nous avons clairement manqué de cohésion. Notre schéma de jeu était clair, et les joueurs sont passés complètement à côté", déplorait le technicien serbe, conscient que pour parvenir à avoir le dernier mot, son équipe devra très vite oublier la claque de mercredi dans la salle Gaston-Médecin et rectifier le tir, en particulier sur le plan défensif. "Pour gagner des gros matchs comme ça, on doit avant tout être concentré sur la défense. Il faut qu’on prépare cette dernière rencontre en se demandant qu’est-ce qui fait qu’on pourra l’emporter tous ensemble." Monaco le doit bien à ses supporters. Ces mêmes fans à qui la Roca Team n'a "pas fait honneur en produisant un basket comme ça", dixit un Yakuba Ouattara très frustré mercredi.

>