Betclic Elite : Et si Séraphin sortait de sa retraite ?

PANORAMIC

Kevin Séraphin multiplie les appels du pied ! Alors qu’il a annoncé en octobre 2020 qu’il prenait sa retraite, après douze ans au plus haut niveau, en raison de problèmes aux genoux, l’ailier fort (ou pivot) aujourd’hui âgé de 32 ans meurt d’envie de reprendre sa carrière. Le mois dernier, alors qu’il démentait sur les réseaux sociaux l’information selon laquelle il avait investi 1 million d’euros dans le club de Massy, club dont il est le conseiller sportif, il écrivait que le jeu lui manquait. Ce mardi, invité de l’émission consacrée à la Betclic Elite sur Sport en France, le Guyanais a une nouvelle fois exprimé son désir de revenir sur les parquets professionnels. « Oui, ça m’intéresse de revenir. Honnêtement, je trouve que la Jeep Elite (sic) est un beau championnat, ça joue. En finale de la Coupe de France, ils (Pau et Strasbourg) nous ont offert un beau match. » Interrogé sur la possibilité de rejoindre l’un des deux clubs-phares du championnat de France, l’ASVEL et Monaco, Séraphin a plaisanté : « Tony a mon numéro », référence à Tony Parker, son ancien coéquipier en équipe de France et président du club villeurbannais. Il ne faudra donc pas s'étonner si le joueur aux 47 sélections chez les Bleus (333 points) fait son grand retour dans l'élite la saison prochaine.


437 matchs en NBA au compteur


Une élite française qu'il avait déjà côtoyée il y a fort longtemps, lorsqu'il a débuté sa carrière du côté de Cholet, entre 2008 et 2010. Kevin Séraphin a ensuite été drafté en 17eme position par Chicago, qui l'a immédiatement envoyé à Washington. Le Français est resté jusqu'en 2015 chez les Wizards (avec une pige à Vitoria pendant le lock-out en 2011), puis a joué à New York en 2015-16 et à Indiana en 2016-17, avant de terminer sa carrière à Barcelone (2017-2019). Il a disputé un total de 423 matchs NBA en saison régulière (pour une moyenne de 5,9 points et 3,5 rebonds) et 14 en play-offs (pour une moyenne de 4,4 points et 2,5 rebonds). Nul doute que si ses problèmes physiques sont derrière lui, son expérience et son talent pourraient faire du bien à une équipe française.

>