NBA [J-29] : Les Suns patientent avant l’éclaircie

Reuters

Contexte et attentes

Le chapitre Jeff Hornacek a pris fin dans l’Arizona la saison dernière, et c’est son assistant Earl Watson qui a pris les commandes de la franchise. Objectif : ramener l’équipe en Playoffs, seuil que la formation n’a plus atteint depuis 2010. Une éternité pour cette ancienne place forte de la Conférence Ouest. Après avoir mis fin à leur pari d’évoluer avec trois meneurs, les dirigeants ont choisi de repartir sur des fondations plus rationnelles de leur système de jeu.

Avec ses quatre picks de draft (4e, 13e, 28e, 34e), Phoenix avait l’embarras du choix justement et le staff a surpris en sélectionnant deux ailiers forts, Dragan Bender (18 ans) et Marquese Chriss (19 ans). Deux hommes encore tendres et qui devraient rester en couveuse quelques temps avant d’apporter leur pierre à l’édifice. En sera-t-il de même pour Tyler Ulis, talentueux meneur de Kentucky ? Sélectionné au second tour, l’ex-Wildcat a le profil pour obtenir des minutes dès le début de saison, malgré une ligne arrière déjà bien fournie.

Côté free agency, les Suns ont décidé, certainement à juste titre, de garder de la souplesse financière, comme l’explique le GM Ryan McDonough : « Cela a été l’une de nos frustrations cet été. Nous sommes restés coincés à l’écart en ce qui concerne le recrutement de free agents de renom. » Loin d’être abattu par la situation, le dirigeant précise malicieusement « qu’à la même époque l’année prochaine, nous serons des acteurs majeurs de la free agency ». Rendez-vous l’été prochain donc !

Parmi les mouvements à souligner, on note principalement le retour d’un ancien de la maison, Leandro Barbosa. En plus du Brésilien, le front office a offert un nouveau bail de trois saisons à Jared Dudley. Vous l’aurez compris : dans l’Arizona, on promeut la stabilité et la patience pour parvenir à ses fins. Une stabilité qui ne devrait pas permettre aux Suns de viser les Playoffs dès cette saison. Avec 23 victoires l’an passé, la barre des 25 succès est un objectif raisonnable, même si le retour de blessure d’Eric Bledsoe a de quoi booster les résultats futurs de l’équipe si le meneur parvient à enfin garder la forme.

L’interrogation : Une traction arrière surchargée ?

Quel sera le backcourt des Suns ? Avec Eric Bledsoe, Brandon Knight, Tyler Ulis, Devin Booker, Leandro Barbosa, Archie Goodwin et John Jenkins, Earl Watson a du matériel pour composer son tandem meneur-arrière. Si Bledsoe est épargné par les blessures, il est entendu qu’il conservera le poste de meneur titulaire. C’est pour l’accompagner que cela se complique puisque Booker et Knight affichent tous les deux le niveau pour débuter. Le premier représente l’avenir de la franchise (voir plus bas) tandis que le second a pour lui une expérience et un contrat qu’il est difficile de laisser sur la touche. Avantage néanmoins au sophomore, révélation du dernier exercice.

Choix sera peut-être fait de trader l’ancien joueur des Pistons et des Bucks pour accueillir potentiellement des tours de draft ou un ailier d’expérience capable de former le prometteur TJ Warren sur le poste 3. Dans tous les cas, le temps de jeu sera compliqué à répartir et Watson fera sûrement des mécontents parmi cette pléiade de noms.

Le joueur à suivre : Devin Booker

L’arrière de 19 ans a vécu un exercice à deux visages, symbolisé par le changement de coach intervenu le 1er février dernier. Utilisé avec parcimonie par Jeff Hornacek (23.3 min/m), le numéro 1 des Suns a vu ses statistiques et ses minutes gonfler sous les ordres d’Earl Watson (35.3 min/m). De 10.6 pts de moyenne pré All-Star Game, le 13e choix de draft a augmenté sa production à 19.2 pts après la pause de février. Ce qui lui a valu une sélection méritée dans la All-Rookie First Team.

Scoreur délié et shooteur soyeux, Devin Booker a tout pour être une star de demain dans la grande Ligue. « ll a vraiment une chance d’être un joueur unique », argue son coéquipier Tyson Chandler. Un compliment qui en appelle d’autres. Cet été, le jeune arrière de Phoenix a été convié à s’entraîner avec Team USA avant les Jeux Olympiques de Rio, et a reçu les louages d’un Gregg Popovich admiratif : « Il a tout ce qu’il faut pour être un grand joueur. » Bref, le gamin de Grand Rapids (Michigan) risque de focaliser l’attention des défenses cette saison. A lui d’entretenir la très belle dynamique entrevue sur sa première année chez les pros.

Le cinq de départ

Le roster

Meneurs : Eric Bledsoe, Brandon Knight, Tyler Ulis

Arrières : Devin Booker, Leandro Barbosa, Archie Goodwin, John Jenkins

Ailiers : P.J Tucker, Jared Dudley, TJ Warren

Ailiers forts : Dragan Bender, Marquese Chriss

Pivots : Alex Len, Tyson Chandler, Alan Williams

Notre verdict : 15ème de la Conférence Ouest

Difficile de juger la progression possible des Suns tant certains de ses hommes forts, en premier lieu Eric Bledsoe, sont sujets aux pépins physiques. En l’état, le groupe paraît déséquilibré entre un backcourt extrêmement dense et une frontline assez juste. La saison régulière aura pour but de poursuivre le développement des jeunes (Len, Booker, Warren) avant une free agency 2017 qui permettra, on l’espère, de renforcer l’effectif sur ses postes faibles.


>