Les Warriors sont dans le dur

"Une équipe qui s'appuie essentiellement sur le shoot ne pourra jamais remporter le titre". Au plus fort de la domination des Golden State Warriors durant la saison régulière, Charles Barkley, l'ancienne gloire des Phoenix Suns, avait été raillé et moqué pour son scepticisme. Il faut dire que les Californiens affichaient une insolente réussite, notamment dans l'exercice du tir à 3 points avec ses snipers Stephen Curry et Klay Thompson, laquelle s'est poursuivie au premier tour des playoffs contre New Orleans (4-0).

Aujourd'hui, les propos de l'ancien membre de la Dream Team refont surface... Certes, absolument rien n'est perdu pour Golden State, simplement mené 2-1 dans sa série face à Memphis après une défaite (99-89) dans le Tennessee la nuit dernière. Mais la manière avec laquelle les Grizzlies ont mis en échec la stratégie de Steve Kerr et avec la perspective d'un match 4 à nouveau à l'extérieur dans deux jours a de quoi inquiéter. Le principal facteur de contrariété pour les Warriors : leur adresse, particulièrement celle du nouveau MVP de la ligue Stephen Curry.

Curry et "ses standards élevés"

Dominés par les brillants intérieurs de Memphis, Marc Gasol (21 points, 15 rebonds) et Zach Randolph (22 points, 8 rebonds), les joueurs de la baie de San Francisco n'ont pas pu répondre en utilisant leur arme favorite. Malgré ses 23 points, Curry n'a ainsi converti que 2 de ses 10 tentatives à 3 points, Golden State bouclant le match à 6/23 dans un exercice pourtant devenu une spécialité maison. "Je dois bien mieux jouer que cela pour que l'on puisse gagner des matches, particulièrement à l'extérieur", a déploré Curry sur NBA.com après la rencontre. "J'ai des standards élevés désormais et je ne les ai pas encore respectés dans cette série. Mon objectif est de retrouver ce niveau lors du prochain match pour donner le ton et faire en sorte que l'issue soit positive pour nous".

Comme on pouvait le craindre avant le début de cette demi-finale de la Conférence Ouest, l'agressivité défensive des Grizzlies est un vrai problème pour les artistes californiens. Mike Conley et Tony Allen font passer des moments très compliqués aux arrières de Golden State et on imagine mal leur intensité en la matière baisser lors des prochaines rencontres. Steve Kerr, pour sa part, ne cède pas à la panique et estime qu'il s'agit d'un "processus d'apprentissage par la douleur et la difficulté tout à fait normal". Avec l'élimination précoce des Spurs et les attentes suscitées ces derniers mois, l'ancien joueur des Chicago Bulls devra tout de même trouver d'autres explications si son groupe, favori des bookmakers, venait à quitter la compétition plus tôt que prévu...