Bouhanni voulait gagner pour Vastine…

"Nacer m'a dit que, en se levant à six heures, il avait appris le drame, qu'il n'arrivait pas à y croire, qu'il en avait des frissons partout. Il m'a dit qu'il allait tout faire pour gagner l'étape et, à l'arrivée, brandir ses poings fermés, en forme de gants, pour rendre hommage à Alexis." Comme le confiait ce mardi matin sur le site web de L'Équipe l'entraîneur du club de boxe de Nouzonville (Ardennes) dans lequel Bouhanni a l'habitude de monter sur le ring, Hamid Zaïm, le coureur tricolore, maillot noir sur les épaules (le peloton a respecté une minute de silence), espérait gagner dans l'après-midi à Saint-Amand-Montrond (Cher), ville d'arrivée de la deuxième étape de Paris-Nice.

Pour lui, son pote. Lui, c'est donc Vastine, lequel figure parmi les victimes d'un accident d'hélicoptères qui a eu lieu la veille en Argentine, en marge du tournage d'une émission de télévision (Dropped). Malheureusement, le sprinteur de la formation Cofidis, dont le train n'est pas encore prêt, a dû se contenter de la sixième place. C'est l'Allemand André Greipel (Lotto-Soudal), malade la semaine dernière et seulement 19e la veille à Contres (Loir-et-Cher), qui l'a emporté au terme des 172 kilomètres au menu du jour, une grande première pour lui sur les routes de la "course au soleil".

"Le Gorille", lâché à seulement 200 mètres de la ligne par son équipier Gregory Henderson, s'est ainsi rassuré et s'est surtout imposé d'une bonne demi-roue devant le champion de France Arnaud Démare (FDJ), alors que son compatriote John Degenkolb (Giant-Alpecin) a complété le podium. Vainqueur du prologue, Michal Kwiatkowski (Etixx-Quick Step) est lui toujours en tête du classement général.


>