ATP : La der' pour Federer ?

Reuters
La nouvelle en a attristé plus d'un. Dirons-nous presque tous les suiveurs du tennis, surtout lorsqu'il s'agit d'une légende de la discipline, plus proche de la retraite que du début de sa carrière. Vers la mi-décembre, plusieurs vidéos de l'entraînement de Roger Federer à Dubaï ont ravivé l'espoir de tous ses supporters. Et à la lecture des échanges, la tendance était plutôt vers l'optimisme et un retour presque « imminent ». Mais ce serait oublier toutes les galères vécues par le Suisse en 2020, absent du circuit depuis sa demi-finale perdue contre Novak Djokovic à l'Open d'Australie (7-6, 6-4-6-3). Handicapé par un genou droit douloureux, le Bâlois a profité de la saison stoppée par la pandémie mondiale pour se faire opérer en février dernier puis en juin pour être définitivement débarrassé de ses problèmes récurrents. Finalement le couperet est tombé après Noël, Roger Federer renonce à participer au premier tournoi du Grand Chelem de la saison. « Il a fait des progrès ces deux derniers mois au
niveau de son genou et de son état de forme mais, après discussion avec son équipe, il a décidé que la meilleure décision pour lui sur le long terme était de reprendre la compétition après l'Open d'Australie » précisait Tony Godsick, son agent. Énorme coup dur pour les fans qui espéraient un retour de leur idole alors que l'annonce de sa retraite est de plus en plus redoutée.

102 victoires à l'Open d'Australie depuis 2000


Il ne fait aucun doute que le sextuple vainqueur de l'Open australien a bien écouté son corps et que cette décision n'est pas prise de gaité de coeur. Mais à 39 ans, Roger Federer connaît mieux que quiconque ses sensations et ses limites. « J'adorerais aller en Australie mais ça va être très juste avec mon genou, reconnaissait le Bâlois à la mi-décembre lors d'une cérémonie de récompenses en Suisse. J'avais espéré être à 100% de mes moyens dès octobre, mais ce ne fut malheureusement pas le cas et ce n'est toujours pas le cas aujourd'hui. Je ne veux pas franchir la prochaine étape avant d'être prêt. »

Force est de constater donc que le retour sur les courts n'est pas pour tout de suite. Les conditions sanitaires avec la quarantaine instaurée en Australie n'arrangent certainement pas les affaires du Suisse. L'absence de Roger Federer à Melbourne est un petit séisme au regard de l'histoire perpétuée avec la légende. Depuis 2000, le tennisman a disputé 117 matchs pour un ratio de 102 victoires et 15 défaites. Mais, si c'est le prix à payer pour pouvoir revoir le n°5 mondial à l'oeuvre alors tout le monde lui pardonnera.

 

 

Un taux de forfait à 37%


Il faut dire que les pépins physiques s'enchaînent depuis quelques années pour le Suisse qui a déclaré forfait à plusieurs reprises depuis quatre ans. Depuis l'édition 1999 de l'Open d'Australie jusqu'à l'édition 2016, Roger Federer a participé à l'ensemble des tournois du Grand Chelem, soit 69. Alors qu'à partir de Roland Garros 2016 jusqu'à l'Open d'Australie 2021, le Suisse a seulement pris part à 19 éditions pour 7 forfaits (37%). Ces chiffres sont loin d'être symboliques et révèlent une fragilité chez le Bâlois depuis plusieurs saisons. Forcément, ses 39 ans dont 23 passés sur les courts y sont pour beaucoup mais Federer reste un compétiteur dans l'âme. D'autant que cette année, en 2021, se profile Wimbledon, un tournoi qui a fait sa renommée, sa classe, son esthétisme, sa beauté. La liste est encore longue. Et aussi et surtout, les Jeux Olympiques à Tokyo au Japon, un titre qui lui manque en simple.

 

 

Un dernier titre en simple aux JO ?


Médaillé d'or avec Stan Wawrinka en double en 2008 à Pékin et médaillé d'argent à Londres en 2012 (défaite en finale contre Andy Murray), Federer a encore une dernière distinction à aller chercher. En début du mois, le Suisse avait déclaré que les Jeux « étaient l'un de mes grands objectifs ». Avant de rajouter avec son sourire habituel, « peut-être que ce n'était pas mal pour moi personnellement que les Jeux olympiques aient été reportés ». Andre Agassi est à ce jour le seul joueur à avoir remporté les quatre Grand Chelem, les Jeux Olympiques et le Masters. Et après une année fastidieuse qui dépendra de son état de forme et de son genou, Roger Federer pourra peut être alors penser à se reposer.


>