ATP - Cincinnati : Tsitsipas accroché par Isner mais qualifié

Panoramic


Stefanos Tsitsipas renoue avec les demi-finales. Deux mois après sa dernière apparition dans le dernier carré à Majorque, le numéro 7 mondial a passé le cap des quarts de finale lors du Masters 1000 de Cincinnati. Pour cela, le Grec a dû s’employer face à John Isner. Sans grande surprise lors d’un match face au géant américain, le premier set a été marqué par l’absence totale de balle de break tout au long de douze jeux ayant fait la part belle aux serveurs. C’est donc fort logiquement que cette première manche s’est conclue dans un jeu décisif. Si chacun des deux joueurs a eu sa série de points gagnés, c’est bien Stefanos Tsitsipas qui a viré en tête grâce au gain des trois derniers échanges. La deuxième manche a très longtemps ressemblé à la première. En effet, ni le Grec, ni l’Américain n’ont laissé le moindre espace permettant à l’autre d’espérer un break… jusqu’au onzième jeu. C’est à ce moment que la tête de série numéro 4 du tournoi a connu un temps faible.


Tsitsipas n’a pas laissé passer sa chance


John Isner a su tirer parti de cette opportunité et, à la troisième balle de break, a pris le service du Grec. Dans la foulée, le 50eme mondial ne s’est pas fait prier pour égaliser à une manche partout sur sa première balle de set. Les deux joueurs se sont alors retrouvés lancés dans une ultime manche dont le déroulement a été assez similaire à celui de la deuxième. En effet, les deux joueurs ont tout d’abord tenu jalousement leurs jeux de service. Mais la machine s’est grippée à un seul moment et, cette fois, c’est quand John Isner s’est retrouvé au service lors du huitième jeu. Sur sa première et unique balle de break du match, Stefanos Tsitsipas a su prendre le service de l’Américain afin de se mettre en position de conclure sur son propre engagement. Ce que le numéro 7 mondial a fait sans tarder, convertissant sa première balle de match (7-6, 5-7, 6-3 en 2h22’). Le Grec sera ainsi l’adversaire du numéro 1 mondial Daniil Medvedev lors d’une demi-finale qui sent déjà la poudre.

>