Zhoya, la France n'est pas prête

La France a de la chance, beaucoup de chance. Celle d'avoir eu la préférence de Sasha Zhoya, au mois de janvier. Le petit prodige de l'athlétisme hésitait avec l'Australie, son pays de naissance. A 17 ans, il a donc opté pour les Bleus. Ce touche-à-tout est un génie, comme on en n'a sans doute jamais vu à cet âge.

Rappel des faits : recordman du monde juniors du 60 m haies aux Championnats de France il y a un mois, en 7"34, battant les 7"40 d'Olan Cunningham III en 2017 (après un 7"43, record d'Europe, en demies, et un 7"57 deux semaines plus tôt pour sa première course - deuxième performance française de l'histoire) ; recordman du monde cadets du 110 m haies et du saut à la perche (à 5,56m, voir plus bas) ; recordman de France cadets du 100 m et du 200 m.



Au mois d'août, Kevin Mayer faisait part de son émerveillement pour Sports.fr : « Je ne vois pas l’intérêt pour lui de se spécialiser, pour le moment. S’il a de quoi s’éclater partout, à cet âge, qu’il continue et il verra peut-être plus tard… Le sprint sert pour la perche et les haies, toutes ces épreuves ne sont pas antinomiques. J’ai déjà vu des phénomènes physiques comme ça sur le sprint, d’un point de vue physique, mais jamais qui optimisent aussi vite la technique. C’est une nouvelle perle. J’espère qu’il sera bien entouré, qu’il évitera les blessures. C’est un bon gars, je l’ai déjà croisé deux fois et on a bien discuté. Je n’envisage même pas jusqu’où il peut aller, je vais me laisser surprendre comme tout le monde. »

Pour l'entourage, ça devrait aller : à l'INSEP, Ladji Doucouré s'occupe de lui pour les haies ; à Clermont, pour la perche, ce sont Philippe d'Encausse et même Renaud Lavillenie en personne qui vont s'en charger. « Si je reprends la perche, je n'aurai pas peur d'Armand Duplantis, assure Zhoya (pour L'Equipe). Je le connais très bien, mais je sais aussi que j'ai sauté plus haut que lui à seize ans. Donc je me dis que s'il y en a un qui peut le challenger, ça peut être moi. Mais à la condition de m'entraîner beaucoup pour retrouver une bonne base. » Aucune limite, jamais. On pouvait rêver de le voir simplement sur relais aux JO, mais le report d'un an n'est-il pas de nature à tout chambouler quant à une éventuelle participation sur les haies ? La réponse est dans la question.