Perche : Lavillenie stoppe sa saison


« Je ne vais pas lâcher, encore quelques compétitions pour s’améliorer et finir sur une bien meilleure note », déclarait Renaud Lavillenie samedi soir après son décevant concours de perche au Meeting de Paris où il n’avait pu faire mieux que 5,30m. Mais finalement, après réflexion, l’ancien champion olympique et recordman du monde a estimé qu’il était préférable de stopper de suite sa saison, comme il l’a annoncé ce lundi dans un message sur Instagram. « J’ai décidé de mettre un terme à ma saison 2021. Une décision vraiment difficile car au fond de moi j’ai toujours envie de sauter mais il m’est impossible de le faire facilement et je dois me tourner vers 2022 plus sereinement. Depuis des semaines/mois, je cours après le temps car l’objectif olympique était le plus important. Je ne pourrai pas me reprocher d’avoir tout tenté et de n’avoir jamais lâché même quand tout n’allait pas, mais c’est le sport. Maintenant, le corps et la tête ont besoin de repos, de recharger les batteries si je veux être compétitif les saisons prochaines. Merci à tous de votre soutien durant cet été compliqué pour moi, sachez que je ne vais pas lâcher et je compte bien retrouver des hauteurs à plus de 6m dès la saison en salle prochaine. Et merci à mes partenaires, on se voit bientôt. »

Une saison 2021 très frustrante pour Lavillenie


Cette saison 2021 restera donc comme l’une des plus frustrantes de la carrière du perchiste de bientôt 35 ans (il les fêtera le 18 septembre). Revenu à son meilleur niveau en début de saison indoor, il était parvenu à franchir de nouveau la barre des 6 mètres le 31 janvier à Tourcoing (6,02m), ce qu’il n’avait plus réussi depuis 2016. Il avait remis ça le 27 février à Aubière (6,06m), mais avait dû déclarer forfait quelques jours plus tard pour les championnats d’Europe indoor en Pologne. En plein air, Renaud Lavillenie a participé à sept compétitions avant les JO de Tokyo, réussissant notamment 5,92m à Chorzow en juin et Stockholm en juillet, alors qu’il s’était, entre temps, rompu un ligament de la cheville gauche le 11 juillet. Finalement prêt pour les JO et qualifié sans problème pour la finale, il avait vu ses espoirs de médailles s’envoler en raison d'une chute à l’échauffement, à côté du tapis. Blessé aux deux chevilles, il a pris la huitième place en sautant à 5,70m. Renaud Lavillenie préfère finalement en rester là et se consacrer sur les prochaines saisons, lui qui espère bien participer aux JO de Paris en 2024. Et cela passera en 2022 par les championnats du monde d’Eugène, aux Etats-Unis, du 15 au24 juillet.

>