Marathon de New York : Jepchirchir enchaîne après les Jeux, Korir s'impose en solitaire



Deux après la dernière édition, le Marathon de New York a enfin pu fêter sa 50eme édition. Sur le parcours traditionnel lancé depuis Staten Island pour rejoindre Central Park via le Verrazzano Bridge, le Queens la Première Avenue et le Bronx, le Kenya a confirmé sa domination sur l’exercice. La course masculine a connu un scenario plein de suspense avec un duo composé du Marocain Mohamed El Aaraby et de l’Italie Eyob Faniel qui a pris les commandes de la course mais n’a pas été en mesure de résister au retour d’Albert Korir. Ce dernier a ensuite déposé ses rivaux pour passer la ligne d’arrivée en 2h08’22’’, soit 48 secondes d’avance sur le Marocain et 1’30’’ par rapport à l’Italien. Candidat annoncé à la victoire, Kenenisa Bekele n’a pas été à la hauteur du rendez-vous. Celui qui s’est rapproché à quelques secondes du record du monde d’Eliud Kipchoge à Berlin en 2019 a été très vite distancé, ayant visiblement encore dans les jambes les efforts consentis dans la capitale allemande en septembre dernier pour boucler les 42,195km en 2h06’. L’Ethiopien a finalement terminé la course en sixième position mais à plus de quatre minutes du vainqueur.


Jepchirchir confirme son titre olympique


Peres Jepchirchir, quant à elle, a réalisé une performance absolument unique. Sacrée championne olympique dans les rues de Sapporo en août dernier, la Kenyane était la grandissime favorite de ce Marathon de New York et n’a pas fait mentir les pronostics. Après avoir fait le ménage dans le peloton aux côtés de l’Ethiopienne Ababel Yeshaneh et de sa compatriote Viola Cheptoo Lagat, Peres Jepchirchir a fait la différence dans le dernier kilomètre. Grâce à une accélération franche, la Kenyane a coupé la ligne d’arrivée en 2h22’39’’ et manque de battre le record du tracé détenu depuis 2003 par Margaret Okayo, échouant à huit secondes de cette référence. Peres Jepchirchir s’impose avec seulement cinq secondes d’avance sur la sœur de la légende Bernard Lagat, qui a disputé ce dimanche son tout premier marathon et a démontré de belles aptitudes sur la distance. Ababel Yeshaneh, quant à elle, complète le podium avec un retard de treize secondes sur celle qui réalise donc le premier doublé Jeux Olympiques-Marathon de New York.

>