Dopage : Deux ans de suspension pour Christian Coleman

Coup dur pour l’athlétisme américain ! Vice-champion du monde en 2017 à Londres puis champion du monde en 2019 à Doha du 100 et du 4x100m, Christian Coleman ne pourra pas prétendre à l’or olympique à l’occasion des Jeux de Tokyo l’été prochain. Mais le natif d’Atlanta ne sera pas absent pour cause de blessure mais pour une suspension de deux ans qui a débuté à la date du 13 mai 2020. En effet, Christian Coleman a été sanctionné par l’Unité d’Intégrité de l’Athlétisme (AIU), l’instance indépendante de World Athletics en charge des questions de lutte contre le dopage, pour avoir manqué à ses obligations de localisation à trois reprises dans une période de douze mois. Des infractions qui ont conduit l’Américain à être récemment jugé et, donc, condamné.

Coleman a tenté de contester les charges


Dans le détail, Christian Coleman a d’abord manqué un contrôle antidopage le 16 janvier 2019, une erreur qu’il a admise devant l’AIU. Par la suite, le sprinteur américain n’a pas indiqué sa localisation pour la date du 26 avril 2019 puis a manqué un deuxième contrôle antidopage à la date du 9 décembre 2019. Pour ces deux dernières charges, l’athlète a contesté les faits durant l’audience. N’ayant pas retenu les justifications de ce dernier, le panel mis en place par l’AIU pour juger de cette affaire a décidé de condamner Christian Coleman à une suspension de deux ans, alors qu’une réduction à un an était envisageable selon le règlement de World Athletics si l’athlète avait fait preuve de bonne foi, à compter du 14 mai 2020. En conséquence, l’Américain ne pourra prendre part à aucune compétition jusqu’au 13 mai 2022 et manquera donc les prochains Jeux Olympiques, à Tokyo durant l’été 2021.