Championnats Europe : Mayer s'explique après son abandon

Panoramic


Kevin Mayer n'était pas serein avant de se rendre à Munich, où ont débuté lundi les Championnats d'Europe d'athlétisme. Malheureusement pour lui, le récent champion du monde d'Eugene avait raison de s'inquiéter. Le recordman du monde du décathlon redoutait que sa blessure au grand adducteur, qui l'avait déjà fait souffrir avant les Mondiaux et s'était réveillée après son retour de l'Oregon, auréolé de sa deuxième médaille de champion du monde en carrière, ne se réveille de nouveau. Or, c'est précisément ce qu'il s'est passé lundi, et ce dès le 100m, obligeant du même coup l'immense favori à jeter l'éponge d'entrée. Mayer est revenu ensuite au micro de France Télévision sur cet abandon, qu'il sentait poindre. "Je ne voulais absolument pas que ça pète. Cette douleur, je l'ai au moins depuis trois mois avant Eugene (les Mondiaux où il s'est imposé le mois dernier, NDLR). Après le décathlon, elle s'est serrée et j'ai choisi beaucoup de repos et de récupération", a confié le grand malheureux du jour, conscient qu'il avait peu de chances de pouvoir tenir son rang, mais qui s'était pris malgré tout à rêver d'un nouveau titre après celui d'Eugene.

Mayer : "Je voulais me donner une chance"


"J'ai testé jeudi dernier et j'avais encore super mal. J'ai passé quatre jours à faire des soins non-stop, a expliqué le double champion du monde. C'était un objectif tellement incroyable de réussir à faire deux médailles en deux championnats en trois semaines, que je voulais me donner une chance d'y arriver, peu importent les sensations. J'ai eu les yeux plus gros que le ventre" Avec des illusions qui se sont envolées pour notre unique médaillé des Mondiaux, cette fois coupé dans son élan dès ses débuts. "En arrivant aux cinquante mètres, ça s'est tendu de plus en plus." Au point de devoir s'arrêter là, mais presque soulagé finalement. "Je suis content d'être en vacances, ça fera du bien aux jambes mais surtout à la tête. J'aurai une belle marge et de la confiance pour préparer les Mondiaux et Paris 2024."

>