Carnet noir : Décès d'une légende olympique

Viktor Saneiev est un nom qui ne parle pas aux gens. Pourtant, cet athlète soviétique a marqué de son empreinte l'athlétisme durant les années 60 et 70. Spécialiste du triple saut, il a remporté deux Championnats d'Europe mais aussi et surtout, trois olympiades consécutives: en 1968 à Mexico, en 1972 à Munich puis en 1976 à Montréal. Quatre ans après son dernier triomphe, il a échoué sur la seconde place du podium derrière un autre Soviétique, Jaak Uudmäe. Mais outre ces multiples médailles aux Jeux, Saneiev a marqué l'histoire de son sport par ses multiples records du monde. Quatre au total.



Il avait notamment amélioré la référence mondiale à deux reprises en finale lors de son premier sacre olympique à Mexico avec des bonds mesurés à 17.39 mètres. Une finale d'anthologie au cours de laquelle le record du monde avait été battu à quatre reprises par trois athlètes différents, dont Saneiev sur son ultime essai pour arracher la couronne et remporter le concours devant le Brésilien Nelson Prudencio. Encore plus fort quatre ans plus tard, le Soviétique avait amélioré ce record avec des sauts mesurés à 17.44 mètres.

"Le Kangourou de Sukhumi" s'est éteint au pays des kangourous


Ses performances lui ont valu d'être surnommé le "Kangourou de Sukhumi" en référence à sa ville d'origine en Géorgie. Ironie du sort ou non, c'est au pays des kangourous qu'il s'est éteint à 76 ans a communiqué ce lundi la fédération internationale d'athlétisme. Il avait élu refuge sur l'île-continent avec sa famille, à Sydney, où il a exporté son expérience et son savoir du sport après avoir entraîné durant un certain temps à Tbilissi en Géorgie. Les raisons de son décès n'ont pas été communiquées.

>