400m : Salwa Eid Naser blanchie !

Coup de théâtre dans le petit monde de l'athlétisme. En effet, ce mardi, Salwa Eid Naser, âgée aujourd'hui de 22 ans, vient tout juste d'être blanchie. Pour expliquer son abandon des poursuites, l'AIU a tenu aussi à préciser que son « cas était à l'extrême limite » et espérait ainsi également que « l'athlète tirera conséquence de cette histoire ». Pourtant, la championne du monde du 400m, sacrée en 2019 à Doha dans un temps record de 48''14, était suspendue depuis le mois de juin dernier, après une décision de l'Unité d'intégrité de l'athlétisme (AIU), suite à quatre contrôles antidopage ratés, au niveau de ses obligations de localisation. En effet, dans une infraction datant du 16 mars 2019, la Bahreïnienne, qui se disait honnête sur le coup, mais qui risquait pourtant jusqu'à deux ans de suspension, aurait mal indiqué où elle se trouvait, sur le logiciel ADAMS, sans oublier également trois autres contrôles antidopage ratés, les 12 mars 2019, 12 avril 2019 et 24 janvier 2020.
 

Un des quatre contrôles a finalement été annulé


En juin dernier, Naser avait alors déclaré : « Je n'ai jamais été une tricheuse. J'ai juste manqué trois contrôles antidopage, ce qui est normal. Cela peut arriver à n'importe qui. » Finalement, celui du 12 avril 2019 a bel et bien été annulé par le tribunal disciplinaire de la Fédération internationale d'athlétisme (World Athletics). En effet, ce jour-là, entre 6 et 7 heures du matin, le contrôleur présent du côté de Bahreïn n'aurait jamais trouvé l'appartement de Naser, malgré son expérience. En cause, un mauvais numéro d'immeuble donné par l'athlète, un interphone défectueux ou bien encore l'absence d'un numéro de téléphone. Naser, aidée par ses avocats, a donc réussi à convaincre le tribunal disciplinaire. C'est ainsi que les trois autres manquements, qui ne sont, eux, pas annulés, ne font donc plus partie de la fameuse période des douze mois. Il n'y a donc pas eu de non respect de la réglementation antidopage. De son côté, l'AIU a trente jours pour faire appel devant le TAS. Quant à Naser, elle s'est forcément réjouie de cette décision, via son compte Instagram officiel.