Wimbledon: trois légendes, et un intrus

AFP

Le Big "3" est bien au rendez-vous. Federer et Nadal se retrouvent encore une fois en demi-finale à Wimbledon, un mois après Roland-Garros, un cap que Djokovic a atteint en se promenant, et où il retrouvera un novice, l'Espagnol Roberto Bautista Agut.

Cela faisait 12 ans néanmoins que le trio ne s'était pas retrouvé ensemble en demi-finales à Wimbledon, un tournoi qui n'avait jusqu'ici jamais vu deux Espagnols atteindre le dernier carré. 
                  
                  
La promenade de Djokovic

Le Serbe n'en finit pas d'impressionner. Djokovic est tellement fort, tellement écrasant d'autorité depuis le début du tournoi et notamment lors de ses deux derniers matches, allant jusqu'à écoeurer ses adversaires, qu'il est difficile de lui prédire la moindre défaillance. Il a reconnu jouer "son meilleur tennis" depuis deux matches. Une phrase qu'il a dû lâcher une centaine de fois, mais qui là prend tout son poids. Face à David Goffin (23e), un ex-top 10 qui semble plutôt sur la voie de réintégrer le club, +Djoko+ a même semblé passer une vitesse en plus. 

Pourtant, la résistance que le Belge a offerte au premier set avait de quoi le déstabiliser un peu. Mais malgré un break de retard, le Serbe a géré comme un maestro le challenge, infligeant dans la foulé un 6-0 au Belge, et déroulant ensuite (6-4, 6-0, 6-2).

"Je crois que j'ai réussi à bien démanteler son jeu", a-t-il dit. C'est confirmé. Djoko, et ses deux autres compères du "Big 3", possèdent cette capacité à hausser considérablement leur niveau de jeu en Majeur.

"Je suppose que c'est là que Nadal, Federer et moi-même, nous élevons notre niveau. Nous sommes très dévoués à ces tournois et, encore plus à ce stade de nos carrières, c'est ce qui compte le plus pour nous", a expliqué Djokovic.

Forcément, le profil de Bautista Agut, 22e joueur mondial, qu'il affrontera en demi-finale après sa victoire face à l'Argentin Guido Pella, s'approche plus de l'agneau sacrificiel. Même si l'Espagnol l'a déjà battu deux fois cette année, à Doha et à Miami, difficile de déceler du suspense, surtout sur une surface qui n'est pas normalement la préférée de l'Espagnol, qui atteint pour la première fois de sa carrière le dernier carré d'un Grand Chelem.

La preuve ? Il n'avait pas du tout prévu d'aller aussi loin sur le gazon anglais, il devait être... à Ibiza. "Pour l'enterrement de ma vie de garçon", a-t-il expliqué. A priori ses amis vont le rejoindre pour l'encourager dans sa mission impossible. 
                  
Nadal-Federer, comme on se retrouve                  

Le block-buster que le public anglais attendait, et qui, en dehors de Nadal-Kyrgios au 2e tour, a quelque peu manqué jusqu'ici. Les deux stars sont donc au rendez-vous prévu. Nadal a battu Sam Querrey (7-5, 6-2, 6-2), démontrant que son tirage diabolique ne l'était pas tant que ça. Et Roger a abandonné un set face à Nishikori (4-6, 6-1, 6-4, 6-4), mais a signé sa 100e victoire dans son jardin.

Les deux meilleurs rivaux se sont quittés sur un court de tennis il y a un mois. Là aussi dans une demi-finale de Grand Chelem, mais sur une autre surface. A Roland-Garros, il n'y avait pas eu photo. L'Espagnol avait largement pris le dessus face au Suisse pour filer ensuite conquérir son 12e titre. Les revoilà donc pour leur 40e duel, un match suintant presque déjà la nostalgie, mais aussi l'histoire.

"C'est grand. C'est difficile d'imaginer d'être encore dans la situation où nous sommes", a réagi Nadal. Une situation il est vrai inédite vu leur âge et leur longévité. 

"C'est impressionnant de voir à quel point il est resté en forme. Je me souviens de ceux qui disaient +Oh c'est la fin+ vers 2008. La même chose pour moi en 2009. On est encore là. Donc c'est super de se jouer encore", a rappelé Federer, qui aura 38 ans dans quelques jours.

Le Suisse a rappelé que les deux ne s'étaient pas rencontrés depuis une éternité sur gazon. On peut lui rappeler la date exacte: c'était en juillet 2008, lors d'une finale de Wimbledon qui restera sans doute comme l'un des plus beaux matches de l'histoire du tennis. Une finale remportée par Nadal.