Liverpool: avec Van Dijk, la finale n'a pas de prix

AFP

Autoritaire: si Virgil van Dijk n'a pas permis à Liverpool de décrocher son premier titre de champion d'Angleterre depuis 1990 début mai, le général néerlandais est à un match du triomphe après avoir mené sa troupe à une deuxième finale de Ligue des champions de suite, samedi à Madrid contre Tottenham.

Ses performances avec les "Reds", coiffés sur le fil par Manchester City dans la course effrénée pour le sacre en Premier League, ont réussi à faire oublier la folie de son arrivée. Un exploit tant le transfert du défenseur le plus cher du monde, recruté pour 84 millions d'euros en janvier 2018, a pesé.

A l'époque, les tractations entre Liverpool et Southampton sont houleuses mais l'entraîneur allemand n'en démord pas: ce sera Van Dijk et personne d'autre! Deux finales de Ligue des champions plus tard, c'est peu dire que le choix a été judicieux.

"Plus personne n'y pense. C'est bien, parce qu'en ce moment, sur le marché, il le vaut", se félicite le manager.

Il n'est pas le seul à le penser: l'international de 27 ans est devenu le premier défenseur à être désigné meilleur joueur de Premier League par ses pairs depuis 14 ans.

Sur le terrain, Van Dijk a ramené un équilibre au onze liverpuldien. Les deux premières années de Klopp sur le banc, ses hommes marquaient beaucoup mais encaissaient aussi. Désormais les flèches de l'attaque, Mohamed Salah en tête, ont un contrepoids en défense.

Puissant, calme, sûr, le colosse (1,93 m) impressionne aussi par ses qualités de meneur, en permettant aux talents à ses côtés en défense d'éclore, d'Andy Robertson à Trent Alexander-Arnold, en passant par Joe Gomez.

"C'est ce qu'on attend d'un nouveau joueur, qu'il fasse progresser toute l'équipe", résume Klopp. "Bien sûr c'est un très bon joueur", mais il rend aussi "meilleurs les joueurs autour de lui", estime le tacticien.

"La qualité a un prix"

Voilà donc le Liverpool version Van Dijk: capable de marquer quatre buts à Barcelone en Ligue des champions, mais aussi de terminer meilleure défense d'Angleterre grâce à 21 matches sans encaisser le moindre but.

"Liverpool a immensément grandi en tant qu'équipe récemment, et il le doit en grande partie à Van Dijk", a commenté auprès de l'AFP le légendaire défenseur italien Franco Baresi.

Le club du nord-ouest de l'Angleterre peut désormais rêver d'une fin de saison en apothéose avec un sixième titre en C1, à condition de venir à bout de Tottenham.

C'est d'ailleurs lors de la victoire face aux Spurs, fin mars, que le Néerlandais a peut-être le mieux montré son talent. Une action, en particulier, avait marqué les esprits: à cinq minutes du terme d'un match que Liverpool devait absolument gagner pour tenir le rythme de Manchester City, il avait arrêté à lui tout seul une contre-attaque de Moussa Sissoko et Son Heung-min.

"Cela montre pourquoi Liverpool a payé plus de 70 millions de livres" ce joueur, avait alors reconnu l'entraîneur de Tottenham Mauricio Pochettino.

Ou pour le mettre dans la bouche de Klopp: "La qualité a un prix. C'est le cas pour les voitures, c'est le cas pour beaucoup de choses et les joueurs également. C'est pour ça qu'on a payé."

S'il soulève la coupe aux grandes oreilles à Madrid, les 84 millions d'euros auront certainement une allure de bonne affaire.