Nadal souffre mais passe à Barcelone

AFP

Quatre jours après sa défaite surprise en demi-finale de Monte-Carlo, Rafael Nadal n'a guère brillé, laborieux vainqueur de l'Argentin Leonardo Mayer 6-7 (7), 6-4, 6-2, mercredi lors de son entrée en lice à Barcelone.

Le retour du roi déchu de Monaco sur terre quatre jours après la déflagration de son élimination sur le rocher face au futur vainqueur Fabio Fognini, ne restera pas dans les annales.

Emprunté en début de match, peu de coups gagnants, des balles souvent trop courtes, et surtout des fautes inhabituelles, beaucoup trop de fautes.

L'Espagnol s'en est finalement sorti, mais s'est fait peur. Face à un joueur qu'il avait déjà battu cinq fois en cinq confrontations, le suspense n'avait pourtant pas lieu de s'inviter.

Accroché et poussé jusqu'au tie-break dans le premier set, il a laissé filer trois balles de première manche, pour s'incliner sur la première de son adversaire. 

"Dans le premier set, alors que je servais pour le set (à 5-3, ndlr), j'ai fait un jeu désastreux", a reconnu Nadal. "Et quand on manque une multitude d'occasions, il est normal que la partie devienne compliquée".
Mine de rien, il s'agit du 3e set perdu d'affilée sur terre battue pour le N.2 mondial si l'on ajoute les deux perdus face à Fognini à Monaco, ce qui ne lui était pas arrivé depuis 8 ans.

Un match à oublier

L'Espagnol s'est bien repris ensuite mais n'a vraiment commencé à se détacher qu'au milieu du 2e set, avec un break à 4-3. Le 3e set, plus tranquille, peut laisser penser que la convalescence de Nadal ne va pas durer longtemps.

"Ca n'a pas été un match agréable aujourd'hui, mais j'ai réussi à m'en sortir, en gardant une attitude positive même si les sensations ne l'étaient pas", a analysé Nadal, pour qui le seul point positif a été la victoire.

Il retrouvera en huitièmes de finale une vieille connaissance: son compatriote David Ferrer (155e mondial), qu'il rencontrera pour la 32e fois, la 22e sur terre battue, la sixième à Barcelone.

"Ce sont toujours des bons matches, contre un bon ami et l'un des meilleurs joueurs que ce sport a connu ces 10/12 douze dernières années", a déclaré Nadal.

Mais derrière l'hommage, le N.2 mondial, s'il mène largement (25 victoires contre 6 défaites), devra se méfier ! A l'approche de sa retraite, programmée pour la semaine prochaine à Madrid, le Valencien de 37 ans semble renaître: après avoir avalé Mischa Zverev au 1er tour (6-3, 6-1), il a dévoré sur le même score le Français Lucas Pouille au deuxième.