Miami: Andreescu revient sur terre, Federer accélère

Reuters

Son épaule droite l'avait déjà inquiétée durant la finale du tournoi d'Indian Wells il y a huit jours.

Mais Andreescu, 18 ans, avait réussi malgré la douleur à battre l'Allemande Angelique Kerber et a remporté le premier titre de sa jeune et fulgurante carrière.

Il n'y a pas eu de miracle cette fois. Menée 6-1, 2-0 par l'Estonienne Anett Kontaveit et très diminuée par une douleur persistante à l'épaule, la Canadienne d'origine roumaine a préféré abandonner.

"C'est l'enchaînement de tous les matches que j'ai joués, j'ai tellement joué ces derniers temps que mon corps me dit qu'il en a assez. C'est décevant, mais cela fait partie du sport", a expliqué Andreescu qui va grappiller une place au classement mondial (23e).

"J'ai essayé d'avoir le plus de soins possible (avant le match), je pensais que cela allait suffire, mais plus le match avançait, plus j'avais mal. (...) Mais les kinés et le docteur m'ont dit que ce n'était pas quelque chose de grave", a-t-elle poursuivi.
                  
"Besoin d'un break"                   
                  
"J'ai vraiment besoin d'un break", a reconnu la révélation de la saison.

L'Américaine Venus Williams, 38 ans, n'a pas inquiété la Roumaine Simona Halep et s'est inclinée 6-3, 6-3 en un peu plus d'une heure.

Avec l'élimination dès le 3e tour de la Japonaise Naomi Osaka, Halep, N.3 mondiale, peut la déloger de la première place mondiale en cas de sacre à Miami, tout comme Petra Kvitova.

La Tchèque, N.2 mondiale, a dominé la Française Caroline Garcia 6-3, 6-3.

Leur match a été interrompu pendant deux heures par la pluie alors que Kvitova menait 5-2 dans le second set. La finaliste de l'Open d'Australie 2019 a mis à profit cette pause forcée pour faire une... sieste.

"J'ai fait une petite sieste, je ne sais pas si cela m'a aidé (...) Je suis contente d'avoir vite conclu ce match (après l'interruption), car on ne sait jamais ce qui peut se passer après une si longue pause. C'était difficile de rester concentrée", a expliqué Kvitova, dont la carrière avait été brutalement interrompue fin 2016 par une agression au couteau et une blessure à la main gauche.
                  
Tiafoe fait plier Ferrer                 
                  
De son côté, Roger Federer n'a pas traîné contre le Serbe Filip Krajinovic. Il s'est imposé 7-5, 6-3 en une heure et 31 minutes de jeu face au 103e mondial.

Le maestro suisse, vainqueur à Dubaï de son 100e titre ATP, a fait craquer son adversaire avec son service (14 aces, 74% de points marqués sur ses premières balles de service).

Federer, 37 ans, a dissipé les doutes nés après un premier match compliqué face au Moldave Radu Albot (4-6, 7-5, 6-3).

"Je suis comme tout le monde, plus j'avance dans le tournoi, mieux je me sens, car je m'adapte de mieux en mieux aux conditions", a-t-il relevé.

Il lui faudra évoluer à son meilleur niveau face à son prochain adversaire le Russe Daniil Medvedev (15e) qui a remporté trois titres depuis août dernier.

"Son style de jeu est impressionnant et plutôt inhabituel, mais heureusement, je l'ai déjà affronté deux fois en 2018 (deux victoires à Shanghaï et Bâle, NDLR), mais je suis très impressionné par ses progrès", a-t-il prévenu. 

Le grand espoir du tennis américain Frances Tiafoe a remporté le choc des générations (5-7, 6-3, 6-3) l'opposant à l'Espagnol David Ferrer qui mettra un terme à sa carrière en mai prochain à 36 ans.

Hsieh élimine Wozniacki 

La Taïwanaise Su-Wei Hsieh, déjà tombeuse de la N.1 mondiale Naomi Osaka au 3e tour, s'est qualifiée pour les quarts de finale du tournoi de Miami en battant une autre ancienne N.1, la Danoise Caroline Wozniacki, 13e mondiale, 6-3, 6-7 (0/7), 6-2, lundi.

Victorieuse d'Osaka 4-6, 7-6 (7/4), 6-3 samedi, Hsieh sera opposée en quarts de finale à l'Estonienne Anett Kontaveit (19e) qui a profité plus tôt de l'abandon de la Canadienne Bianca Andreescu (24e), blessée à une épaule.

La Taïwanaise, 27e mondiale, disputera à 33 ans son premier quart de finale dans un tournoi WTA Premier Mandatory, les tournois les plus importants après ceux du Grand Chelem.

Wozniacki avait annoncé l'automne dernier qu'elle souffrait de polyarthrite rhumatoïde. L'ancienne N.1 mondiale disputait à Miami son quatrième tournoi de l'année et y a signé son meilleur résultat pour 2019.